Bruxelles

Un sondage réalisé par la Ligue des familles révèle que 69% des parents bruxellois sont concernés par la problématique.

"Que voulez-vous changer dans votre commune en tant que parents?" C'est la question que la Ligue des familles a posée a 3.500 parents belges, dont 500 Bruxellois. Enseignement, mobilité, administration, loisirs, logement… : les parents dressent en quelque sorte leur propre programme électoral, à l’intention des candidats de tous les partis politiques.

Dans quelques secteurs, les parents bruxellois se sont démarqués par rapport aux exigences du reste des répondants. S’ils rejoignent l’ensemble des parents sur la nécessité de créer des places dans les écoles, ces derniers sont tout particulièrement concernés par le manque de places dans les maternelles, jugé très important par 69% des parents bruxellois contre 39% en moyenne. Ils se montrent également particulièrement concernés par la situation des familles monoparentales, et contrairement aux Wallons, s'inquiètent de la sécurité sur les pistes cyclables, avant l'état des routes. Leur avis sur la question des migrants les différencie aussi : ils sont 76% à se montrer favorables à des initiatives d’accueil dans leur commune. À noter aussi : les parents bruxellois se montrent particulièrement demandeurs de pouvoir faire leurs démarches administratives par Internet avec 80% contre 73% en tout.

Par cette enquête, la Ligue des familles espère convaincre les citoyens de voter en tant que parent, et à s'impliquer pour des communes family friendly.

« Notre objectif, indique Delphine Chabbert, secrétaire politique de la Ligue des familles : que les futur-e-s élu-e-s de tous les partis mènent des politiques adaptées aux besoins des familles. Les communes n’ont pas des fonds illimités et certaines demandes ne relèvent pas des compétences obligatoires au niveau communal. Il n’empêche, le bien-être des enfants, la qualité de vie pour les familles et une attention aux plus fragiles devraient orienter le travail des bourgmestres et échevins de toutes couleurs politiques. »

© D.R.