Bruxelles Contrairement à la Coupe du monde 2014 et l’Euro 2016, il n’y aura aucune interdiction de vente d’alcool après 23 h dans les night-shops.

Lors de la Coupe du monde 2014 et à l’Euro 2016, la Ville de Bruxelles avait pris un arrêté visant à interdire la vente d’alcool dans les night-shops après 23 h. L’interdiction courait durant toute la durée de la compétition, de 23 h à 7 h du matin, dans une grande partie du Pentagone (zone Unesco, boulevard Anspach, place Fontainas, place De Brouckère, place Saint-Géry et place Sainte-Catherine). Cette mesure était justifiée par le fait que, d’après la police, 60 % des cas d’ivresse publique surviennent entre 22 h et 7 h du matin dans le centre de la capitale.

Cette mesure ne sera pas reconduite cette année. À un point tel que l’on pourra vider les night-shops du Pentagone après chaque victoire de nos Diables Rouges ? Non. La police surveillera les fêtards de près. "Nous ne prendrons pas de règlement particulier. Néanmoins, la police sera évidemment vigilante. Le Coupe du monde doit rester une fête et nous comptons sur la responsabilité et la bonne humeur de chacun", s’est contenté de commenter Philippe Close (PS), le bourgmestre de Bruxelles-Ville, sans donner plus d’explication. D’après nos informations, l’arrêté alcool n’avait pas fait preuve d’une grande efficacité en 2014 et 2016. La Ville a donc décidé d’abandonner la mesure tout en maintenant une présence policière forte les week-ends et soirs de matches.

© BELGA

Cette position dénote avec celle prise à la commune de Saint-Gilles. Le collège saint-gillois a inscrit à l’ordre du jour du conseil communal de ce jeudi un nouveau règlement qui impose la fermeture de toutes les terrasses de la commune - pas uniquement celles du Parvis de Saint-Gilles donc - pour minuit au plus tard. Les seules dérogations prévues seront octroyées les 24, 25 et 31 décembre, et le 1er janvier.

Contacté, Patrick Debouverie (MR), échevin du Développement économique, estime que ce règlement terrasses a pour objectif de réduire les nuisances sonores après minuit. "De nombreux riverains se plaignent de tapages nocturnes et de troubles à l’ordre public provoqués principalement par la clientèle des établissements au-delà de certaines heures. De nombreux rapports de police dénoncent de tels troubles et que la quiétude des riverains est gravement perturbée", explique-t-il.

Il souhaite toutefois nuancer en précisant que "la grande majorité des quelque 230 terrasses enregistrées sur le territoire saint-gillois ferment déjà leurs portes avant minuit. Elles ne seront donc pas impactées par ce règlement. Nous évaluerons la situation au fur et à mesure pour éventuellement réadapter le règlement, après une concertation avec les riverains et commerçants", poursuit-il.

© BELGA

Le règlement entrera en vigueur le cinquième jour suivant sa publication mais cette nouvelle réglementation n’est pas au goût du chef de file de l’opposition CDH Vincent Henderick. "Ce tout nouveau règlement est très restrictif puisqu’il impose la fermeture de toutes les terrasses à minuit. Par ailleurs, il imposera désormais de libérer les trottoirs, ce qui posera de grosses difficultés aux nombreux cafés/restaurants qui se sont ouverts à Saint-Gilles, dans les quartiers, ces derniers temps tels que le Café la Pompe, La Biche, La Renaissance, Le Dillens, les cafés de l’avenue De Jaer, les restaurants de la Place Dillens, etc.", explique-t-il.

"Ca râle sec dans les restaurants et cafés ! Surtout, qu’il n’y a aucun aménagement prévu marquant une différence d’horaires entre la semaine et le week-end. Sur le plan économique, c’est une catastrophe pour les très nombreux cafetiers et restaurateurs indépendants qui ont investi à Saint-Gilles et qui animent la commune", poursuit Vincent Henderick. Le CDH déposera des amendements à ce texte pour imposer des horaires moins stricts les week-ends et lors d’événements divers.