Bruxelles

La secrétaire d'Etat bruxelloise en charge de la Sécurité routière, Bianca Debaets (CD&V), est outrée par les propos du bourgmestre de Koekelberg Philippe Pivin (MR) relatifs à l'activation d'un radar tronçon dans le tunnel Léopold II.

Le maïeur libéral a notamment annoncé qu'il veillerait à ce que la zone de police place le curseur de la verbalisation à 70km/h, au lieu de 50, au moment où le dispositif serait opérationnel. "L'attitude de M. Pivin est indigne d'un bourgmestre. Il appelle à ne pas respecter la loi, en vigueur depuis deux ans et demi, et à rouler à 70 à la place de 50. Il met de la sorte la sécurité de ses habitants et de tous les usagers de la route en danger. C'est inacceptable", fulmine Mme Debaets.

Elle souligne que pas moins de 58 accidents se sont produits dans le tunnel Léopold II l'année dernière, soit un cinquième des incidents dans les tunnels de la capitale. La plupart d'entre eux sont dûs à une vitesse excessive.

"Je me pose des questions quant au pouvoir de blocage dont les bourgmestres bruxellois profitent lorsqu'une décision régionale ne leur convient pas. Je plaide pour une réforme des communes. Elles peuvent continuer à exister, mais devraient être compétentes pour des affaires purement locales", estime-t-elle.

"Les six zones de polices devraient être fusionnées et l'autorité régionale renforcée afin que les dossiers importants pour l'avenir des Bruxellois puissent être gerés plus efficacement et rapidement", poursuit la chrétienne-démocrate flamande.

Les négociations entre la police et le parquet sur l'activation d'un radar tronçon dans le tunnel Leopold II sont dans leur phase finale. L'objectif reste de mener des contrôles à partir de l'été, selon la secrétaire d'Etat bruxelloise.