Bruxelles Elles participeront à la finale du tournoi Neymar Jr’s Five.

Elles ont entre 17 et 23 ans, elles évoluent dans le club de football du RWDM, elles ont le foot dans le sang et, cette semaine, elles vont rappeler à Neymar quelques mauvais souvenirs de la Coupe du Monde : Sarah, Dounia, Dora, Salma, Jaade et Firdes s’envolent ce mercredi pour aller disputer la finale du Neymar Jr’s Five, un tournoi international de football à cinq dont l’épreuve finale se déroulera en présence du célèbre joueur de foot, au Brésil, ce samedi 21 juillet.

Des tournois étaient organisés dans plus de 60 pays afin de qualifier les équipes (masculine et féminine) de chaque pays qui pourraient participer à la finale internationale au Brésil. Pour y arriver, l’équipe de filles du RWDM, composée de six joueuses, a dû battre une équipe composée de filles d’Anderlecht et s’est même mesurée à une équipe composée de joueuses professionnelles.

Pas de quoi faire peur aux joueuses molenbeekoises. "On s’est dit que, même si c’était difficile, on devait tout faire pour gagner. On n’a jamais douté de nous", raconte Sarah, 20 ans, membre de l’équipe féminine qui a défendu les couleurs du RWDM pendant les qualifications.

Cette compétition se déroule à cinq joueuses entre 16 et 25 ans, mais deux remplaçantes par équipe sont permises. À cinq, ce sport s’apparente à du foot de rue : il n’y a pas de gardien pour défendre le petit goal et il est interdit de rentrer dans la zone près de celui-ci. À chaque but, l’équipe adverse perd une joueuse, "c’est pour cela que c’est important d’être la première équipe à marquer", souligne Sarah. Un match dure 10 minutes mais peut s’arrêter avant si toutes les joueuses d’une équipe ont été éliminées.

"C’est très physique comme sport, même si c’est une plus petite surface, on court tout le temps, on n’a pas un instant de répit", détaille la joueuse. Leur force ? "On est des joueuses du RWDM, notre force, c’est la technique." Et Sarah de continuer : "On a toutes commencé à jouer dans la rue, dans des parcs, avec nos frères. Je joue dans les parcs depuis que j’ai 5 ou 6 ans et je suis dans le club depuis que j’ai 16 ans."

Ce mercredi, elles atterriront aux Brésil et s’attaqueront à un défi d’une autre envergure. "Ce ne sera pas le même niveau, il y aura des filles du Brésil, des Colombiennes, etc."

D’ici là, leur préparation tient en quelques mots déterminés : "Ne rien lâcher et se battre." Résultats de leur épopée brésilienne attendus ce week-end.