Bruxelles

La scène s'est déroulée hier soir. La lycéenne dénonce le manque d'organisation du service d'ordre de la salle de concert.

Madeleine (14 ans, de Werbomont) et Gabrielle (25 ans, de Flémalle) se sont littéralement fait marcher dessus par une foule hystérique, mercredi soir à l’entrée de la fosse de Forest National alors qu’elle attendait l’ouverture des portes pour le concert de Dadju (le petit frère de Maître Gims). Couverte de bleus aux jambes et aux cuisses, cette lycéenne et sa cousine expliquent le chaos survenu avant le concert par la mauvaise organisation du service de sécurité et l’absence de barrières de sécurité destinées à gérer le flux de spectateurs. Toujours sous le choc, les deux jeunes filles avaient rendez-vous avec le médecin hier en fin de journée. Tandis que la maman de Madeleine ira porter plainte à la police ce vendredi.

© DR

Dans un post Facebook, Madeleine raconte son calvaire. “Nous sommes arrivées sur les lieux vers 15 h”, soit 3 h 30 avant l’ouverture des portes. “Le temps passait et les gens arrivaient de plus en plus. À un moment donné un homme de la sécurité, je présume, est arrivé avec un mégaphone et nous a dit que nous étions arrivées trop tôt et que, du coup, ils n’avaient pas eu le temps de mettre les barrières.” Soit. Ce n’est pas tout, poursuit-elle. “On nous a alors dit que les personnes qui étaient en fosse devaient se rendre dans la pente juste à côté à l’entrée du parking sous-terrain de Forest National. Et que nous devions attendre là. Bien sûr tout le monde a couru pour être le plus près des grilles. Moi et ma cousine étions à quelques mètres des grilles seulement. Nous avons attendu plus ou moins 2 h 30 à cet endroit.”

© FACEBOOK

“Les gens arrivaient petit à petit. Nous avons même eu droit à une bagarre. Ils avaient organisé les barrières en forme de serpentins. Nous étions dans la première file. Vers 18 h 30 plus ou moins, ils ont ouvert la grille. L’horreur est arrivée. Nous avons senti une énorme pression. Impossible de nous arrêter ! Tout s’est passé très vite. J’ai juste eu le temps de voir des barrières voler et puis je me suis retrouvée par terre, recouverte de gens sur moi en hurlant de mal ! Des personnes en dessous de moi, d’autres coincées sous des barrières et des gens qui marchaient dessus sans même les aider !”

Sa cousine Gabrielle confirme. “Nous avons des bleus de la tête aux pieds. Nous avons été stockées comme des bêtes. Nous étions les premières, juste devant la porte. Derrière nous, il y avait bien 2.000 à 3.000 personnes. Lorsque les portes se sont ouvertes, nous avons été projetées à terre en deux secondes. Nous étions une bonne trentaine à terre, à se faire marcher dessus sans que personne n’en a rien à faire. J’ai vu une fille coincée sous une barrière Nadar avec des gens qui marchaient dessus. Honnêtement, j’ai fait des dizaines de concerts à Forest National, c’est la première fois que je vois ça. C’était un moment de terreur totale, surtout pour Madeleine. Imaginez, se retrouver là-dessous à 14 ans…”

En plus des coups et du traumatisme, les deux jeunes filles ont perdu leurs biens personnels. “Nos baskets sont déchirées, nos vestes dans un état pitoyable. Le smartphone de Madeleine est explosé et moi j’ai perdu un bracelet en argent dans le chaos… Ce qui devait être un moment magique s’est transformé en un cauchemar !” Face au chaos, Irène dénonce l’attitude du service de sécurité. “Tout ce que l’agent de sécurité a trouvé à dire quand ils ont enfin pu nous relever : “Oh… Ca va. On se fait souvent bousculer nous aussi”

© FACEBOOK

© FACEBOOK

© D.R.

Une fois dans la salle, Irène a tellement mal à la cheville qu’elle doit s’asseoir par terre. “Les spectateurs autour de moi formaient un cercle pour éviter que les gens me poussent.. Nous avons demandé à un agent de l’eau pour pouvoir prendre un antidouleur et de la glace pour mettre sur ma cheville. Nous n’avons rien reçu ! Trouvez-vous ça normal ? Moi non. J’ai 14 ans et j’ai vu ma vie défiler devant moi en quelques secondes.”

Contactée, la direction de Forest National reconnaît que c’était “très chaud hier”. “Les spectateurs se sont précipités vers la porte mais tout est rapidement revenu à la normale car nous avons adapté le dispositif immédiatement”, précise Forest National, qui évoque plus une bousculade plutôt que l’émeute hystérique décrite par Madeleine et Gabrielle. “Au total, nous avons soigné six personnes à l’infirmerie pour des égratignures.” Forest National organise de nombreux concerts à destination d’un public jeune. “C’est d’ailleurs la première fois depuis de longues années qu’il y a une bousculade. Nous conseillons d’ailleurs toujours aux parents qui viennent avec de jeunes enfants de prendre des places assises plutôt que des places debout dans la fosse.”