Bruxelles Une situation intenable pour les locataires de trois tours de la cité.

"J’habite ici depuis 17 ans et chaque année, nous avons des problèmes avec le chauffage défaillant. Mais cette année, c’est catastrophique !"

Isabelle, maman de deux enfants, habite au bloc 12 de la cité du Peterbos et dit être restée sans chauffage pendant six jours. "Ma petite de 6 ans a attrapé la grippe. Il y avait carrément du givre à l’intérieur de l’appartement !", explique cette dame à bout de nerfs.

Une situation qui a concerné trois blocs de la cité en cette période de grand froid : les tours 9, 12 et 13. "Il y a une chaudière pour trois immeubles. Beaucoup de locataires se retrouvent donc dans ma situation. J’ai même fait une crise d’hypoglycémie à cause du froid car je suis diabétique. Il faisait -3 degrés à l’intérieur de mon appartement !", ajoute Isabelle, qui précise que par deux fois, en octobre et novembre dernier, l’eau chaude n’a pas fonctionné pendant 10 jours.

Une situation également dénoncée par un autre locataire. "Nous n’avons qu’un simple vitrage, donc sans chauffage, c’est intenable, explique-t-il. Les logements sont vétustes, et quand ce n’est pas la chaudière qui est défaillante, c’est l’ascenseur !"

Isabelle déplore également le manque de réaction de la commune dans la situation vécue par les locataires des trois tours privées de chauffage. "Je trouve qu’on pourrait nous trouver un logement dans un hôtel ou ailleurs. Les communs ont récemment été repeints, mais ne faudrait-il mieux pas investir dans la rénovation de ces logements qui tombent en décrépitude ?, s’insurge Isabelle. Je paie pourtant un loyer de 380 € par mois ! Mes deux enfants sont asthmatiques et je m’inquiète pour leur santé !"

Du côté du Foyer anderlechtois, on précise que la panne a duré trois jours et non sixcomme affirmé par les locataires. "La situation est rétablie depuis ce mercredi matin et l’ensemble des chaudières seront remplacées dans les 3 ans. Nous allons aussi installer des cogénérations qui permettront de faire des économies au niveau du chauffage et des charges des locataires", explique Guy Wilmart (PS), président du Foyer.

Outre ces problèmes d’infrastructures, les riverains déplorent une aggravation des problèmes de sécurité. "Cette cité est une zone de non-droit et je n’ose plus sortir de chez moi. De plus en plus de locataires achètent des chiens car ils se font constamment accoster par des petits groupes qui traînent au pied et dans les halls d’entrée des différents blocs", ajoute une dame âgée, agressée cinq fois, et qui attend avec impatience l’installation du commissariat de police dans un local mis à disposition par le Foyer anderlechtois, prévue dans le courant de l’année.


Alain Kestemont (Défi), conseiller de police (zone Midi): "Des problèmes trop récurrents"

"Les problèmes d’entretien de ces logements ainsi que ceux concernant la sécurité sont récurrents dans la cité du Peterbos. Cela ne peut plus continuer ! J’interpellerai le collège sur ces deux problématiques lors du prochain conseil communal car les retours qui me parviennent font état d’une détérioration de la qualité de vie dans la cité. Outre le commissariat de police qui sera prochainement installé, je suis partisan, si les moyens le permettent, d’élargir les compétences de la police de proximité Virtus, actuellement active dans le centre historique de la commune, au territoire du Peterbos. Il faut en tout cas renforcer la présence policière dans ce quartier car la situation devient intenable pour les nombreux locataires !"