Bruxelles

La proposition a été votée jeudi dernier au conseil communal. 

Les bancs du conseil communal ont chauffé ce jeudi 26 avril à Evere. L'objet du litige entre la majorité et l'opposition: la proposition quant à la transparence des rémunérations et avantages des mandataires publics communaux d'Evere.

Pour rappel, le parlement bruxellois a voté, fin décembre 2017 une ordonnance sur la question des transparences de rémunération. Cette proposition était constituée en deux volets: le premier, en 2018 avec en ligne de mire un cadastre reprenant mandats, rémunérations publiques et privées, et avantages des mandataires publics. Le deuxième volet prévu pour 2019 obligera les mandataires à se mettre à jour concernant l'année 2018. Cette ordonnance publiée en janvier 2018 est venue remplacer celle de janvier 2006.

À l'instar de cette ordonnance, la majorité everoise a dès lors suggéré la publication d'un cadastre sur leur site web sur lequel chaque mandataire devrait préciser l'ensemble de ses mandats et de ses rémunérations. Hier, cette proposition a été votée, et sera en application dès ce vendredi. Les mandataires auront donc jusque fin juin pour y inscrire leur différents mandats et salaires. La majorité (PS, Open VLD et DéFi) a voté pour, le MR s'est abstenu, et Ecolo-Groen s'y est opposé.

En novembre 2017, les verts avaient introduit une motion en demandant que la commune d'Evere se mette à jour avec la loi de 2006, exigeant déjà la publication d'un cadastre. "Evere est la dernière commune bruxelloise à ne pas avoir respecté cette loi. Il n'y avait pas de transparence, on avait 12 ans de retard" déplore Hicham Talhi (Ecolo), chef de groupe et conseiller communal. En réponse, la majorité a rassemblé les différentes parties pour créer un groupe de travail, et arriver à un texte commun. Ridouane Chahid (PS), échevin des Sports et de la Mobilité à Evere, explique: "Les choses n'avançaient pas et on s'est finalement rendus compte que les demandes de la part d'Écolo-Groen ne sont jamais arrivées, ils ne les ont jamais envoyées dans le cadre de ce groupe de travail. On a donc décidé d'avancer sans eux et de mettre cette proposition à l'ordre du jour du conseil communal."

Pour Ecolo-Groen, cette proposition ne va pas assez loin dans la transparence. "Il ne s'agit que d'un coup de communication de la part de la majorité à la veille des campagnes électorales. Mais objectivement, il n'y a aucune volonté de transparence du côté de la majorité. Par exemple, la proposition de la majorité ne comprend pas le cadastre des mandats et rémunérations pour la période allant de 2012 à 2016. Or il est important pour le citoyen de pouvoir voir l'évolution des mandats et rémunération à travers le temps" explique Hicham Talhi. "Pour l'instant, la majorité ne souhaite pas publier l’entièreté de l'information du cadastre et ainsi complexifie l'accès à l'information pour le citoyen, notamment sur les rémunérations des mandats dérivés en renvoyant vers les sites Internet des intercommunales" conclut le chef de groupe. 

De son côté la majorité n'a pas hésité à réagir au refus catégorique des verts de voter pour cette proposition. "Le collège a repris la main sur un dossier clairement négligé par Ecolo alors que tous les chefs de groupe ont été disposés à discuter, et ce depuis novembre 2017"  condamne Ridouane Chahid. "Le conseil communal de jeudi dernier est l'illustration du manque de respect du chef de groupe Ecolo envers les institutions, et pour le travail au sein du conseil communal. On peut toujours aller plus loin en termes de bonne gouvernance, mais voter contre un texte tout simplement parce que les mesures auraient dû être prises en 2006, c'est démontrer que seul les petits jeux politiques les intéressent."

L'histoire ne s'arrête pas là puisque Écolo-Groen entend bien introduire une motion au prochain conseil communal exigeant des mesures encore plus drastiques concernant la transparence et la bonne gouvernance. "On verra leur véritable volonté à être 100% transparent à ce moment-là" conclut Hicham Talhi.