Bruxelles

Le décumul sera appliqué dans la commune dès 2019.

Cette motion avait fait l'objet de nombreux litiges il y a quelques mois et pourtant elle a été votée hier tant par la majorité que par l'opposition.

Pour rappel, le 26 avril dernier, la majorité everoise (PS, Défi, Open VLD) avait introduit une proposition suggérant la publication d'un cadastre sur leur site web sur lequel chaque mandataire devrait préciser l'ensemble de ses mandats et de ses rémunérations.

Si cette proposition est passée, elle avait cependant été vivement rejetée par Ecolo-Groen, considérant que la majorité n'allait pas assez loin dans la transparence de mandats, et promettant de revenir au prochain conseil avec une motion. Aussitôt dit, aussitôt fait: les verts ont réintroduit hier leur motion déjà présentée au préalable, exigeant notamment la publication d'un historique des mandats depuis 2006, et des PV des réunions du collège. Cette motion a été votée à l'unanimité moyennant certains amendements proposés par la majorité.

"On se réjouit d'avoir trouvé un accord avec l'opposition, et qu'elle ait accepté nos amendements", a commenté Ridouane Chahid (PS), échevin des Sports. "On a simplement appliqué certaines modifications qui collaient mieux avec la réalité. L'historique des mandats remontera par exemple jusqu'en 2012 et non 2006 comme le voulait Ecolo-Groen, on a coupé la poire en deux."

De leur côté les verts se disent satisfaits d'avoir obtenu certaines de leur revendications, mais regrette le retard que la commune a pris en matière de bonne gouvernance et de transparence. "Il y a une chose qu'il faut souligner, c'est qu'à partir de 2019, Evere appliquera le décumul. C'est une victoire mais malheureusement ça vient trop tard, on est à la traîne par rapport aux autres communes", déplore Hicham Talhi, chef de groupe de l'opposition Ecolo. "Après ce premier accord, on espère voir prochainement l'autorisation de filmer les conseils communaux et pouvoir procurer des PV extrêmement détaillés de ceux-ci. Nous sommes encore trop minimalistes, le citoyen doit savoir ce qui s'est dit sans devoir se rendre sur place", conclut-il.