Bruxelles

Suite aux suspicions d’abus sexuels commis sur un enfant de l’école des Sept Bonniers, le comité des parents réagit.

Dans le cadre du fait de mœurs qui affecte l’école communale des Sept Bonniers, à Forest, le comité des parents a tenu à réagir par voie de communiqué afin de fustiger la mauvaise communication de la commune.

“Nous déplorons que, face à une suspicion d’abus sexuel, attestée par des personnes compétentes, commis sur un petit enfant dans le cadre d’un voyage de dépaysement, les autorités communales et scolaires de Forest n’ont pas jugé nécessaire d’empêcher un groupe d’une soixantaine d’enfants de rejoindre le domaine de Palogne, où venait de se produire l’agression, fustige Julien Truddaïu, membre du comité. Nous déplorons également l’entêtement de ces mêmes autorités à ne pas communiquer avec les parents, premières personnes concernées.”

Selon lui, deux craintes principales des parents n’ont toujours pas pu être apaisées. “À l’heure actuelle, on ignore encore si d’autres faits ont été commis durant le séjour du premier groupe et si le danger avait été réellement écarté pour le deuxième groupe. Ces appréhensions restent donc fondées à ce stade-ci de l’enquête. Nous exigeons que les engagements pris par les autorités communales en conclusion de la réunion soient mis en œuvre et ce dans les plus brefs délais, soit la prise en charge des enfants du cycle 5-8 ans par SOS Enfants et une médiation entre les parents et le pouvoir organisateur avec le Délégué Général aux Droits de l’Enfant”, ajoute-t-il.

Par ailleurs, les parents réclament qu’une enquête soit diligentée “afin de faire la lumière sur l’ensemble du processus de décision qui a amené à ces graves dysfonctionnements et que toutes les mesures qui s’imposent soient prises en conséquence afin de reconstruire une relation de confiance entre le pouvoir communal et la communauté des parents”, explique Gaëlle Fierens, autre membre du comité. “Nous tenons à rappeler que, en dépit de la colère et des griefs à l’égard du pouvoir organisateur, les parents gardent leur confiance absolue en l’équipe éducative des Sept Bonniers.”

Le bourgmestre Marc-Jean Ghyssels (PS), a lui affirmé ne pas avoir averti les parents au moment des faits pour ne pas créer de panique générale, et a précisé par ailleurs avoir donné comme instruction aux instituteurs et accompagnateurs “de surveiller davantage les enfants durant le second voyage”.