Bruxelles Le conseil communal de Forest a déposé une plainte pour dénonciation calomnieuse, diffamation et harcèlement

Les affaires de faits de mœurs présumés à l’école communale des Sept Bonniers à Forest sont revenues ce mardi soir sur la table du conseil communal. Une interpellation concerne notamment une plainte portée par le pouvoir organisateur, soit la commune de Forest. Après une séance à huis clos hier soir, il a été décidé de ne pas retirer la plainte.

Le procès-verbal vise nommément deux parents de l’école des Sept Bonniers entre autres. La plainte a été déposée pour dénonciation calomnieuse, diffamation et harcèlement. "Ces personnes sont concernées car elles ont signé une lettre à l’encontre de la directrice de l’école. C’est allé trop loin. La plainte est aussi contre X. La raison est que la voiture de la directrice de l’école a été vandalisée à deux reprises. Il y a eu également des menaces par téléphone. On peut ne pas être d’accord avec notre façon de faire, mais ce genre de comportements n’est pas acceptable", explique le bourgmestre forestois, Marc-Jean Ghyssels (PS).

Une situation que dénonce un groupe de parents de l’école des Sept Bonniers. Ces derniers estiment que cette plainte est une intimidation insupportable de la part du bourgmestre : "Des parents se sont retrouvés au commissariat de police. On s’en prend à des personnes qui expriment leur colère, leur inquiétude et la rupture envers certains représentants de l’école. On se questionne sur le droit démocratique avec cette action. Cela dit, c’est assez cohérent par rapport au positionnement et aux propos du bourgmestre."

Le groupement de parents s’étonne aussi de la situation du professeur de gymnastique actuellement toujours suspendu comme le révélait La Dernière Heure mardi dernier. L’homme n’est plus en activité à titre conservatoire depuis novembre dernier. Il a pourtant été renouvelé en mai dernier en tant qu’administrateur de l’ASBL Marge (Mouvement d’action et de réflexion du groupe éducatif). "C’est une association en lien avec les écoles. Donc on suspend quelqu’un de son travail. Mais dans le même temps, on prolonge son mandat d’administrateur de l’ASBL. On va de surprise en surprise", explique le groupe de parents.

Marc-Jean Ghyssels explique ne pas pouvoir intervenir concernant l’ASBL en question. "Ils louent des locaux communaux. Mais, on ne peut cependant pas intervenir dans la composition des administrateurs d’une association indépendante. Certains essaient de faire également des liens entre l’affaire de Palogne classée sans suite et celle de ce professeur qui est toujours présumé innocent", raconte l’édile.