Bruxelles Une motion en ce sens a été adoptée jeudi soir lors du conseil communal.

On vous en parlait déjà il y a deux semaines, la commune de Ganshoren a décidé de s'attaquer au problème du survol. Ce jeudi soir, le conseil communal a voté une motion proposée par Ensemble-Samen de Michèle Carthé concernant l'utilisation de la piste 07L pour l'atterrissage de plus en plus d'avions depuis 2015. Elle invite le niveau fédéral à envisager une déviation de la route d'atterrissage et à respecter les normes de bruit.

Le texte comporte deux propositions. L'une est d'interpeller le ministre fédéral de la Mobilité, François Bellot (MR), sur l'exécution du jugement du 19 juillet 2017 par le tribunal de première instance francophone qui condamnait l'État fédéral à cesser les violations des normes de bruit et à proposer des alternatives sous peine d'astreintes. "À ce jour, des violations sont toujours constatées sur les routes aériennes et aucune modification de ces routes n'a été prise ni même envisagé à brève échéance", explique la liste Ensemble-Samen.

Pour rappel, Ganshoren se trouve en zone 0 ce qui veut dire que les limites des niveaux sonores auxquels elle peut être exposée sont de 55 décibels en journée et 45 décibels durant la nuit.

La commune souhaiterait aussi soutenir la proposition de l'ombudsman visant à utiliser la procédure d'approche de type RNP (Required Navigation Performance) pour l'atterrissage. Cela permet des approches en descente continue sans remise de gaz. Une manière d'atterrir qui a donc un impact non négligeable sur les niveaux de bruit émis et qui permettrait d'atténuer les nuisances du survol de la commune en phase d'atterrissage.