Bruxelles

Ces moutons étaient détenus illégalement par un homme déjà condamné pour maltraitance d'animaux.

Samedi soir, le refuge Le Rêve d'Aby a été prévenu du massacre: 65 moutons, une dizaine de chiens et de chiots, détenus illégalement dans une propriété à Haren.

"Quand on est arrivés, plusieurs refuges étaient déjà sur place, et les chiens et chiots avaient déjà été embarqués", explique Sophie Locatelli, présidente de l'ASBL. "C'est la police de Bruxelles Capitale-Ixelles qui nous a prévenus."

© D.R.

Une fois sur place, les membres du refuge se sont organisés avec les autres ASBL pour se répartir les 65 moutons détenus dans des conditions déplorables. "Ils étaient entassés dans une sorte de baraquement à l'arrière d'une prairie, vaguement construite avec tout et n'importe quoi", témoigne Sophie Locatelli, qui affirme que ces pauvres bêtes étaient destinées à la vente illégale dans le cadre de la fête de l'Aïd qui a lieu ce mardi 21 août. "Il n'y avait pas de femelles, ce n'était pas un élevage. Il voulait les vendre, morts ou vivants."

D'après la présidente de l'ASBL, l'homme qui détenait ces animaux illégalement est un multirécidiviste, qui est déjà interdit de détention d'animaux en Flandre. En plus des 65 moutons, une dizaine de chiens et de chiots étaient séquestrés dans un chenil extérieur, "rempli de brol", explique Sophie Locatelli.

© D.R.