Bruxelles

"Théo Francken et la NV-A sont très forts dans les tweets, mais faibles sur le terrain !"

Les médias l'annonçaient ce vendredi matin, Theo Francken (N-VA), ministre fédaral en charge de l'Asile et de la Migration a refusé l'appel de la Région bruxelloise au Fédéral pour assumer le coût de l'accueil des personnes sans titre de séjour et en transit en Belgique, sur le territoire bruxellois.

C'est dans ce cadre que le secrétaire d'État a accusé les bourgmestres bruxellois de ne rien faire contre la problématiques de sans-papiers de la capitale. Pour rappel, Theo Francken a notamment blâmé Bernard Clerfayt (DéFi), bourgmestre de Schaerbeek, pour son "petit jeu électoraliste en se faisant passer pour le plus grand des humanistes."

À ces accusations, l'édile schaerbeekois à voulu remettre les pendules à l'heure. « Dire que la Commune de Schaerbeek ne fait rien depuis des mois est insultant et complètement faux. Depuis le début, nous tirons la sonnette d’alarme auprès du gouvernement fédéral qui fait la sourde oreille. Toutes les propositions que nous avons faites ont été rejetées en bloc. Les seuls interlocuteurs que nous avons dans ce dossier sont les associations humanitaires qui font un travail formidable » explique Bernard Clerfayt.

Généralement assez discret dans ses déclarations, le membre du parti amarante a cependant tenu à réfuter les accusations de Theo Francken quant à la situation de la gare du Nord. Le bourgmestre rappelle que c’est à la police des chemins de fer de maintenir l’ordre dans la gare du Nord et ses abords directs. Elle dépend directement du Ministre Jan Jambon qui préfère manifestement la faire travailler dans les trains et les aires d’autoroute. "Un abandon volontaire de Bruxelles est regrettable", commente Clerfayt.

« Théo Francken et la NV-A sont très forts dans les tweets, mais faibles sur le terrain ! Ils utilisent la provocation, laissent pourrir les problèmes et les exploitent alors qu’ils ne font rien ! Nul doute que ce genre de communication plaise à leur électorat, mais c’est une vision tronquée de la triste réalité de la situation de la gare du Nord » conclut le bourgmestre.