Bruxelles

On ne sait pas encore si ce sont les travaux de la façade d'à côté qui ont causé le feu.

Il était plus ou moins 20h quand Jean (nom d'emprunt), habitant au numéro 11 de la rue Stepman à Koekelberg a vu des flammes dans l'entrepôt mitoyen à son immeuble. "J'ai directement crié à mon voisin qui était dans son jardin d'appeler les pompiers. Moi j'ai emmené ma femme, mon enfant et mon chien et on est sorti de la maison" explique-t-il.

Mardi soir, un incendie a ravagé un entrepôt privé, situé dans la rue Stepman, une petite artère densément peuplée. Très vite, le feu a pris des proportions énormes, mettant en danger les voisins. Heureusement, aucune victime n'est à déplorer. Tout de suite, Philippe Pivin (MR), bourgmestre de Koekelberg et d'autres membres de la commune qui avaient un événement à 100 mètres de l'entrepôt ont pu se rendre sur les lieux, ainsi que les pompiers et la police. Le bourgmestre a directement fait ouvrir le centre sportif du bout de la rue, pour y accueillir à peu près 70 personnes du quartier.

"On a eu énormément de chance, et on a surtout bénéficié d'un superbe accompagnement. Les secours, et les policiers ont été extrêmement efficaces, ils sont arrivés directement, et ont tout de suite créer un périmètre de sécurité. Et puis on n'a pas eu de victimes heureusement mais on a tout de même eu de l'aide médicale, des médecins et un psychologue car certaines personnes étaient très secouées, choquées", explique l'édile.

Si l'incendie n'a heureusement fait aucune victime, les immeubles mitoyens ont tout de même subi de nombreux dégâts. En effet, les habitants des numéros 11 et 15 ont dû attendre ce matin pour pouvoir rentrer chez eux, et découvrir les dommages causés par le feu. "Ça sent extrêmement mauvais. C'est compliqué de rester chez nous avec une odeur pareille. Et puis nos vitres ont explosé, il y a de la poussière et de la suie sur nos meubles...Là je vais acheter des planches pour mettre devant les fenêtres avant qu'on nous les remplace", raconte Jean.

Un autre habitant, du numéro 15 explique lui aussi: "On est rentrés chez nous à 8h du matin, mais je suis ressorti avec ma famille, parce que je préfère attendre que les experts confirme qu'on est bien en sécurité chez nous. Il y a beaucoup de dégâts et je ne veux pas prendre de risque."

D'après le bourgmestre, les experts arriveront dans la journée, pour constater les dégâts, vérifier la stabilité des immeubles mitoyens, et aussi déterminer la cause de l'incendie. "On peut éliminer le caractère criminel, c'est accidentel. Mais on ne sait pas encore si ce sont les travaux de la façade du bâtiment à côté qui ont causé l'incendie", conclut Philippe Pivin.


© BAUWERAERTS DIDIER