Bruxelles

De nombreux chauffeurs de bus se plaignent du climat d'insécurité aux alentours de la gare.

Ce mercredi, de nombreux chauffeurs de la compagnie FlexiBus se sont plaints du climat d'insécurité régnant aux alentours de la gare du Nord. Selon eux, des bandes attendent les voyageurs pour leur voler leurs effets personnels ou leurs bagages.

Du côté de la compagnie de bus, elle affirme avoir pris des mesures pour plus de sécurité, mais demande l'appui des autorités locales.

Le bourgmestre de Schaerbeek Bernard Clerfayt (Défi) a réagi par communiqué ce jeudi. « Cette insécurité est à mettre en lien avec la présence d’un nombre important de personne transmigrantes qui gravitent autour de la gare du nord parce qu’elles y trouvent un minimum de ressources au niveau de l’hygiène, de la nourriture et parfois financières que ce soit par la mendicité ou malheureusement par la commission de délits » explique-t-il.

Alors que le ministre de l'Intérieur Jan Jambon (N-VA) proposait de renforcer la présence de la police des chemins de fer au sein de la gare, le bourgmestre de Schaerbeek demande que cette présence soit étendue à la gare de bus puisqu’elle répond aux caractéristiques d’une gare internationale et devrait donc également dépendre de la police fédérale.

« Ce travail doit évidemment se faire en pleine collaboration avec la police locale pour maintenir une cohérence des actions policières. J’ai demandé à la zone de police de mettre en place un plan d’action pour l’ensemble du quartier Nord, des patrouilles supplémentaires ont été affectées jour et nuit aux alentours de la gare, mais croire que cela va suffire à lutter contre l’insécurité aux alentours de la plus grande gare du pays, c’est illusoire ! En 2018, 82 personnes sur 98 arrêtées suite à des faits commis aux alentours de la gare ont été relâchées immédiatement sur ordre de l’office des étrangers avec un ordre de quitter le territoire » ajoute le bourgmestre.

Bernard Clerfayt a également demandé au ministre de la mobilité Pascal Smet (PS) d’avancer sur le dossier de l’aménagement d’une gare routière digne de ce nom pour Bruxelles, comme il le promet depuis 2 ans.

«J’ai engagé du personnel policier pour assurer une plus grande sécurisation de l’espace public mais je souhaite que les autorités fédérales apportent des solutions structurelles à la présence récurrente de migrants dans et autour de la gare du Nord et que les autorités régionales aménagent une gare routière sécurisée et confortable pour les passagers et les chauffeurs», conclut l'édile.