Bruxelles

Le parti Défi a présenté sa liste à Ixelles hier midi. 

Le président du CPAS Alain Back poussera la liste. C’est la seule conseillère communale du parti qui la tirera : Anne-Rosine Delbart. En deuxième position, Défi place Nicolas Harmel (le fis du Sanpétrusien Dominique Harmel).

Cette liste Défi Ixelles se caractérise surtout par l’arrivée massive de petits nouveaux, jeunes et moins jeunes. Sur les 43 candidats - dont certains encore à trouver - 33 n’ont aucune expérience en politique. À noter un seul transfuge : Claude Sylmans a quitté le PS ixellois après "le grand coup de canif fait à la laïcité par l’équipe de Béa Diallo". La laïcité revient d’ailleurs dans la bouche de plusieurs candidats, pour qui la religion est une affaire privée, qui doit le rester.

"Notre objectif est de nous renforcer au conseil communal, explique Anne-Rosine Delbart. Nous voulons également une présence effective au collège." En d’autres termes : mieux qu’un poste de président du CPAS. Défi Ixelles n’a par ailleurs aucune exclusive, si ce n’est la N-VA et le PTB. "Tout dépendra des résultats", commente de son côté Alain Back.

Durant la campagne, Défi présentera une trentaine de mesures concrètes issues d’un "travail mené auprès des Ixellois", axées autour de cinq priorités : "Préserver le bien-être et la qualité de vie des Ixellois(e)s, stimuler la croissance économique, maintenir et renforcer la solidarité, respecter toutes les différences et garantir la bonne gouvernance."

Parmi ces mesures, notons "la multiplication de Koban (petits commissariats de quartier); la création d’antennes communales dans les quartiers, la création d’une maison d’accueil pour les SDF avec un espace pour leurs chiens, la permission de végétaliser l’espace public ou dès le début de la législature, l’établissement d’un plan lumière sur une période de six ans, visant à assurer le confort et la sécurité des citoyens".