Bruxelles L’opérateur télécom Voo disposait d’une autorisation de la commune, qui assure ignorer qu’il s’agissait d’une publicité.

Dans la DH de ce jeudi, nous faisions écho de l’apparition de trois tags publicitaires sur la chaussée d’Ixelles. Ceux-ci, situés sur le tronçon de la voirie allant de la chaussée de Wavre à la rue Francart, faisaient ouvertement de la publicité pour le tout nouveau pack One de l’opérateur télécom Voo.

Jugés illégaux par l’échevine de la Propreté Viviane Teitelbaum, qui prévoyait déjà de les retirer aux frais de la société, il s’avère finalement que ceux-ci étaient tout à fait… légaux. En effet, la bourgmestre d’Ixelles Dominique Dufourny (MR) a délivré le 25 septembre dernier une autorisation à Voo pour la pose de ces fameux tags.

"Il s’agit d’une campagne originale destinée à interpeller les passants devant nos boutiques et à mettre ce nouveau produit tout compris en avant. Et c’est bien nous qui nous chargerons de nettoyer ceci pour le 19 octobre au plus tard, tel que notifié sur l’autorisation", précise le directeur de la communication chez Voo Patrick Blocry.

Une décision incompréhensible, selon le conseiller communal Ecolo Yves Rouyet, qui dénonçait déjà dans nos colonnes l’arrivée de ces tags sur les trottoirs ixellois. "C’est scandaleux ! Envahissement publicitaire, laisser-aller, honte et mauvaise coordination du Collège ! Il n’y a pas de mots assez durs", s’est-il exprimé sur les réseaux sociaux.

Seulement, l’histoire ne s’arrête pas là. La commune a finalement décidé, ce jeudi, de revenir sur ses pas en retirant l’autorisation délivrée à l’opérateur télécom. "La bourgmestre a donné une autorisation mais elle ne s’était pas rendu compte que c’était de la publicité. Elle a donc retiré son autorisation et les tags seront enlevés dans le courant de la journée", indique Viviane Teitelbaum. Pourtant, une des premières lignes de l’autorisation indique noir sur blanc qu’il s’agit de… "la pose de 4 tags publicitaires pour Voo".