Bruxelles

Selon Ecolo, davantage d'aménagements permettant aux personnes à mobilité réduite d'aller voter devraient être pensés en vue des élections d'octobre.

Lors des élections communales qui se tiendront le 14 octobre, les personnes à mobilité réduite peuvent rencontrer divers problèmes qui entravent l'exercice réel de leur droit de vote. Les personnes en situation de handicap, ou encore les personnes âgées, sont parfois confrontées à des infrastructures peu pratiques qui rendent l'exercice du droit de vote malaisé. La perte ou la diminution de l'habileté fonctionnelle de la personne peut, dans une certaine mesure, être palliée par des dispositifs utilisés quotidiennement (chaise roulante, chien d'assistance, canne blanche...). Il est cependant essentiel que l'environnement des bureaux de vote soit adapté pour permettre une participation de ces personnes à l'élection.

Mais selon Audrey Lhoest, cheffe de groupe Ecolo-Groen, dans l'opposition au conseil communal à Ixelles, ces prérogatives font défaut dans la commune."A la lecture de la réponse reçue de la commune à ma question écrite ce 28 août, il apparaît qu’à ce stade le dispositif prévu n’est manifestement pas satisfaisant et est loin de rencontrer même les recommandations concrètes prévues par la Région", constate-t-elle.

Pour Christos Doulkeridis, tête de liste et candidat bourgmestre, "tout doit être mis en oeuvre en termes d’aménagements pour permettre à chacun, et donc aussi les personnes handicapées ou à mobilité réduite, de pouvoir remplir librement, simplement et dignement son devoir de citoyen lors des élections."

Parmi les recommandations émises par la Région, Nora Bednarski (4ème sur la liste et elle-même personne à mobilité réduite) insiste sur les points suivants :

- Il y a plusieurs situations de handicap (et non pas uniquement les utilisateurs de chaise roulante). Les personnes concernées ont des besoins spécifiques en matière d’aménagements ;

- Des emplacements de parking pour PMR doivent être réservés devant chaque bureau, et être situés le plus près possible des entrées/sorties, tout en étant bien signalés ;

- Le cheminement entre l’emplacement de stationnement réservé et les bureaux de vote doit être accessible ;

- Les entrées (et la circulation intérieure) des bureaux de vote doivent également être accessibles ;

- Un isoloir adapté pour PMR doit être prévu ainsi qu’une chaise mise à disposition des personnes handicapées n’utilisant pas un fauteuil roulant ;

- La hauteur de l’urne et le mobilier doit permettre à toute personne en chaise roulante de scanner et d’y déposer le bulletin ;

- La signalétique placée sur le site électoral doit être lisible et visible par des personnes malvoyantes ;

- Les PMR doivent bien entendu être informés anticipativement des lieux adaptés à leur handicap.