Bruxelles En un an, Alain Destexhe (MR) n’a assisté qu’à deux séances du conseil communal.

Coutumier des polémiques en tous genres, le député bruxellois et sénateur Alain Destexhe (MR) a remis le couvert cette semaine en s’envolant pour la Syrie. Selon l’agence d’informations russe TASS, ce dernier faisait partie d’une délégation composée d’une dizaine de membres de l’Assemblée parlementaire du Conseil de l’Europe et de députés de la Douma qui ont pu rencontrer lundi le président syrien Bachar al-Assad. Cette visite lui ayant été déconseillée par le ministre des Affaires étrangères Didier Reynders (MR) qui évoque un risque d’instrumentalisation, Alain Destexhe devra s’expliquer devant son parti ce vendredi.

Ce voyage controversé est une occasion en or pour ses opposants politiques. À l’échelon local, c’est le CDH d’Ixelles qui s’est empressé de réagir en pointant notamment du doigt les absences répétées d’Alain Destexhe au conseil communal. "Il préfère rencontrer des dirigeants sulfureux comme Bachar al-Assad plutôt que d’exercer ses nombreux mandats et en particulier son mandat de conseiller communal d’Ixelles. Au moins c’est clair maintenant !", lit-on sur le compte Facebook de la section locale du CDH.

Dire que le libéral n’est pas très assidu serait un euphémisme. Depuis le 19 mai 2016, celui-ci n’a participé à aucun conseil communal d’Ixelles. Soit dix réunions manquées sur dix. Si l’on remonte un peu plus loin, depuis la première réunion du conseil communal de 2016 jusqu’à ce jour, on constate qu’Alain Destexhe n’était présent qu’à deux reprises : le 13 janvier et le 28 avril, soit deux réunions sur 15.

Dans une interview accordée à La Libre en juin 2016, Alain Destexhe avait affirmé être actif au conseil communal où il pose de nombreuses questions. De quoi faire bondir ses collègues libéraux. Renseignements pris, il s’avère qu’Alain Destexhe dépose uniquement des questions écrites.

Une manière de faire gonfler ses statistiques sans être présent, nous souffle un élu MR qui ajoute qu’Alain Destexhe n’assiste, en outre, à aucune commission ni réunion de groupe.

"En même temps, si c’est pour venir dix minutes le temps de signer et de faire quelques remarques à l’emporte-pièce, c’est plus embarrassant qu’autre chose. Qu’il laisse sa place à des suppléants qui ne demanderaient pas mieux que de siéger. Il donne des leçons de morale à tout le monde qu’il n’applique pas à lui-même", glisse un mandataire MR.

Un double discours également épinglé par le CDH qui rappelle que le libéral avait émis, dans un ouvrage publié en 2003, des propositions visant clairement à interdire le cumul des mandats.

Alain Destexhe est pourtant administrateur chez Vivaqua et Brutélé, deux intercommunales bruxelloises dont les jetons de présence s’élèvent respectivement à 714 € et 150€ brut par séance.

La réaction d'Alain Destexhe (MR), conseiller communal à Ixelles

"Très actif !"

"Je comprends que le CDH ixellois qui peut se réunir dans une cabine téléphonique cherche à m’attaquer pour exister. Sur les dossiers de fond de la commune, on ne les entend pas beaucoup. Je suis en réalité l’un des conseillers les plus actifs avec 38 questions en 2016. La bourgmestre m’a d’ailleurs amicalement dit que j’en posais trop et que les services avaient du mal à suivre. Je fais aussi beaucoup de suggestions sur base d’expériences vécues. Mais il est vrai que siéger pendant des heures dans un conseil pour ne pas apprendre grand-chose n’a jamais été ma tasse de thé. Je vais toutefois au conseil dès que je suis à Bruxelles, mais en raison de ma fonction importante au Conseil de l’Europe, j’ai été fort absent ces deux dernières années. Mais j’insiste sur le fait que je suis très investi sur Ixelles."