Bruxelles

Le projet porté par Besix RED est démesuré selon certains riverains et l'opposition écologiste.

La commission de concertation suite à l’enquête publique concernant le projet de Besix RED à l’emplacement du Delhaize Molière a lieu ce soir à 18 h. Pour rappel, la société belge de construction entreprend la création de 98 logements, 523 m² de commerce, 211 m² de bureaux et 138 places de parking. Un projet contesté par les riverains et par l’opposition.

"Le projet est beaucoup trop grand, déplore Yves Rouyet, conseiller communal Écolo. Le promoteur veut construire beaucoup trop à l’intérieur de l’îlot. Et trop profondément." Les nouveaux bâtiments feraient en effet 7 mètres de plus que les maisons mitoyennes. "Le quartier deviendra beaucoup trop dense, ajoute le conseiller. À l’intérieur de l’îlot, ils prévoient des bâtiments avec quatre étages au-dessus du rez-de-chaussée. C’est beaucoup trop."

Une impression de démesure ressentie également chez les riverains. Plusieurs d’entre eux ont lancé une pétition qu’ils remettront lors de la commission de concertation à destination de Rudi Vervoort (PS), le ministre-président de la Région bruxelloise. À l’heure d’écrire ces lignes, elle a recueilli 321 signatures.

"La profondeur et la hauteur des futurs bâtiments sont inadmissibles", martèle Claude Pirotte, habitant de la rue Renier Chalon. Tout comme Yves Rouyet, la densité de population qu’entraînerait le projet de Besix RED lui pose un grand problème. "138 places de parking pour les 98 logements et les commerces, ce n’est pas du tout assez. Le quartier sera hyper saturé, ce qui deviendra dangereux pour les piétons !"

Les contestataires au projet dénoncent les 15 dérogations aux règles urbanistiques nécessaires. "Cela démontre bien la démesure, confie Claude Pirotte. Avec plus de créativité, on peut trouver un projet plus harmonieux. Nous ne sommes pas contre la création de logements à Bruxelles, bien au contraire. Mais il faut un équilibre entre la qualité de vie, le bien-être et le respect."