Bruxelles L’ASBL Communa a réaffecté un hangar ixellois pour en faire un restaurant solidaire… mais pas uniquement. Reportage

Depuis quatre ans, l’ASBL Communa repère les bâtiments vides en Région bruxelloise pour les réaffecter et ainsi éviter leur état d’abandon. Des occupations temporaires qui peuvent prendre plusieurs formes, comme la création de logements, l’organisation d’ateliers artistiques, des espaces de bricolage ou de coworking. "Coûteux pour les propriétaires, les bâtiments vides abîment le paysage urbain et érodent le tissu social", explique Sam Rosenzweig, un des cofondateurs de Communa.

Au 171 de la rue Gray, à Ixelles, les membres de Communa ont repéré un complexe de bâtiments centré autour d’un hangar qui n’était plus occupé. Cet endroit a donc été réaffecté par l’ASBL, en collaboration avec la commune, dans le cadre du contrat de quartier durable Maelbeek. Les activités ouvertes sur le quartier qui y sont proposées s’articulent autour de l’alimentation durable, de l’art et la culture, de l’entreprenariat social ou du logement.

Ce vendredi, ce hangar a le temps d’une soirée été réaffecté en restaurant solidaire, avec de la cuisine préparée par 4 collectifs à visée sociale, le tout à prix libre. "Le but est de se réapproprier des espaces vides comme celui-ci pour en faire des projets à haut impact sociétal. Parmi les collectifs qui ont cuisiné, on retrouve notamment Our House Project qui œuvre à l’intégration des réfugiés, affirme que Sam Rosenzweig. Un autre collectif, Up Cooking , vise, lui, à lutter contre les invendus alimentaires."

Ensemble, les différents collectifs ont uni leurs forces pour proposer une nourriture saine et de qualité aux nombreux participants qui se sont rendus à l’inauguration du restaurant de la Serre. "Nous avons servi environ 200 repas. Il y a eu énormément de monde, y compris beaucoup d’habitants du quartier. Ça fait plaisir car un des objectifs recherchés est certes de cibler les bâtiments vides dans un quartier pour se les réapproprier, mais aussi de créer du lien et offrir un lieu de rencontre", ajoute Sam Rosenzweig.

L’objectif aujourd’hui est de pérenniser cet événement, et les membres de Communa souhaitent organiser des restaurants solidaires chaque jour de la semaine, midi et soir, en donnant par ce biais de la visibilité aux collectifs participants.

Outre le restaurant de la Serre, d’autres activités seront également organisées dans le hangar de la rue Gray, comme des ateliers vélo, des cours de yoga, des projections de films ou la création d’une librairie.

Les réfugiés impliqués dans le projet

Parmi les collectifs qui ont participé à l’inauguration du restaurant de la Senne, on retrouve Our House Project, qui vise à insérer les réfugiés dans la société. C’est dans ce cadre que les participants au repas - ou les simples visiteurs - ont eu l’occasion de faire un tour chez le barbier situé dans le local juste à côté du restaurant, pour se faire tailler la barbe ou simplement se faire couper les cheveux. "Je trouve que c’est une super chouette initiative, accessible à chacun, et cela permet de faire des rencontres", explique Thierry, habitant du quartier. Le collectif Our House Project œuvre ainsi à l’intégration des réfugiés en Belgique, en organisant un tas d’activités culturelles, tout en fournissant également un accompagnement juridique en vue de l’octroi un titre de séjour.