Bruxelles Depuis quatre ans, la présence d’une école de danse réputée provoque de nombreuses nuisances. L’affaire est en justice.

Depuis quatre ans, une école de danse réputée s’est établie dans un charmant complexe résidentiel, dans le quartier du Châtelain à Ixelles.

Depuis lors, le voisinage vit un véritable calvaire. Le dialogue avec le propriétaire de l’école de danse est rompu et le dossier est en justice. "Nous avions dans un premier temps plaidé pour une solution à l’amiable en demandant au propriétaire d’entreprendre des travaux d’isolation pour limiter le bruit puisque l’école s’est installée là sans changement d’affectation. Il a affirmé avoir fait des travaux à hauteur de 20.000 € mais rien n’a changé, comme confirmé par des experts acoustiques qui sont venus sur place", explique Sinead Shannon-Roche, une voisine exaspérée et déterminée à faire évoluer la situation.

"L’un des experts a confirmé par écrit que la structure du bâtiment n’était pas appropriée pour héberger une école de danse et des travaux d’isolation d’environ 75.000 € devraient être entrepris. La commune a demandé à ce que l’école de danse lui soumette des devis pour les travaux, mais rien n’a été fait. Une petite trentaine d’enfants participe aux cours qui se tiennent chaque jour, sauf le dimanche, de 8h à 20h. Vous imaginez aisément les désagréments que cela peut occasionner", poursuit Sinead Shannon-Roche. 

Concrètement, de nombreuses nuisances sont engendrées par la présence de l’école de danse. "On doit subir les cris des enfants, leur occupation dans l’escalier, les vélos garés de façon anarchique dans la cour qui est pourtant privée, les déjections canines, etc. La présence de cette école dans ce complexe est totalement inappropriée ! De plus, le portail d’entrée est constamment ouvert et ne permet pas de vivre en sécurité", détaille un autre voisin. "J’ai moi-même été victime de plusieurs cambriolages : vélos, poussette, effraction de notre maison !"

Par ailleurs, l’entreprise implantée au rez-de-chaussée subit également de plein fouet la présence de l’école de danse. "Le studio se trouve juste au-dessus de nos bureaux. Outre le bruit infernal pendant les cours, nous avons subi un dégât à notre plafond dû au martèlement des pieds sur le plancher du studio. Malgré la promesse de réparation, nous n’avons toujours aucune nouvelle", précise un employé.

Enfin, des détritus jonchent régulièrement le sol. "Je me suis présentée à l’école de danse pour demander que ces poubelles soient stockées chez eux et non pas dans l’espace commun. J’ai été reçue avec beaucoup de dédain et rien n’a été fait. Il semble que ce locataire n’a aucune envie de respecter le règlement d’ordre intérieur de la copropriété", ajoute un autre habitant. "Il est évident que l’activité de cette école de danse provoque une importante dépréciation de mon appartement et du bâtiment dans son ensemble."

Le propriétaire de l’école de danse incriminée n’était pas disponible ce mardi pour répondre à nos questions.

Viviane Teitelbaum (MR), échevine de l’Urbanisme : “Un avis défavorable pour le changement d’affectation”

“L’affectation actuelle n’est pas conforme et une demande de changement d’affectation a été introduite il y a quelques semaines. Des travaux d’isolation ont déjà été réalisés mais cela ne suffit pas. Sur base des éléments que j’ai reçus, et qui ne sont pas suffisants, je présenterai donc lors du collège du 7 mai, un avis défavorable sur le dossier suite à une analyse approfondie avec nos services. Cet avis rencontre les demandes de la copropriété mais je ne souhaite toutefois pas présenter par voie de presse les arguments qui seront avancés lors du collège.”