Bruxelles

L'exposition est accessible au public durant plusieurs semaines, au siège du MR situé 84-86 avenue de la Toison d’Or, à Bruxelles.

Le Centre d’études Jean Gol du MR, a inauguré lundi soir une exposition consacrée à Jacques Simonet, ex-figure de proue du parti, décédé, le 14 juin 2007, terrassé par une embolie pulmonaire à l’âge de 43 ans. La personnalité hors normes de celui qui fut, au-delà de ses responsabilités au sein du parti libéral, député, bourgmestre d’Anderlecht, ministre-président bruxellois et ministre fédéral continue de marquer les esprits au sein de sa formation mais aussi en dehors.

En atteste la présence , lundi soir, autour de son épouse et de ses deux enfants, des principaux chefs de file du parti, parmi lesquels le président du MR Olivier Chastel, le Premier ministre Charles Michel, le vice-Premier ministre et président de la régionale bruxelloise du MR Didier Reynders, mais aussi de l’ex-ministre-président bruxellois socialiste Charles Picqué (PS), avec lequel Jacques Simonet avait croisé le fer électoral en 2004 et parlementaire, lorsqu’il fut chef de file de l’opposition.

"Si on n’est pas capable de s’adapter en politique, on peut aller faire de la plasticine ou de la danse classique", avait en jour dit ce collectionneur du bon mot, connu pour son franc-parler, interrogé sur ses missions successives dans la vie publique. Fils de l’ancien ministre Henri Simonet, licencié en droit de l’ULB et inscrit au barreau de Bruxelles depuis le 1er septembre 1986, Jacques Simonet avait pu en quelques années se faire un prénom en politique principalement à partir des années 90, comme député bruxellois et fédéral, et ensuite comme ministre-président bruxellois - entre 1999 et 2001, et durant quelques mois en 2004-, secrétaire d’État fédéral aux Affaires européennes (2003) et bourgmestre de la commune d’Anderlecht.

L’exposition est accessible au public durant plusieurs semaines, au siège du MR situé 84-86 avenue de la Toison d’Or, à Bruxelles.