Bruxelles

Depuis plusieurs années, ceux-ci subissent de fortes nuisances sonores dues aux passages répétés des trams de la Stib du type T2000.

Les habitants de la rue Jules-Lahaye en ont marre. Depuis plusieurs années, ceux-ci subissent de fortes vibrations et des nuisances sonores dues aux passages répétés des trams de la Stib du type T2000. Afin de demander un rapide changement, les riverains ont entamé dans leur rue une campagne d’affichage indiquant "Non au tram T2000".

"La première fois que j’ai entendu le tram, j’ai cru que c’était un orage, se souvient Arlette, une riveraine âgée de 77 ans. Le tram me réveille tous les jours et je ne sais pas me reposer l’après-midi. Certains murs d’habitation se lézardent également. Maintenant qu’il fait beau et que j’ouvre mes fenêtres, je n’entends même plus mes amis parler dans le salon."

Ce n’est pas la première fois que des trams T2000 se retrouvent au centre d’une polémique. La Stib a déjà reconnu que ce type de trams posait problème. "Partout où le tram passe, il y a des protestations. Il fait plus de vibrations que certains modèles de trams plus anciens. À l’époque, les rails ont été coulés dans le béton et donc cela transmet les vibrations jusqu’aux trottoirs et aux façades d’habitation", commente l’échevin de l’Espace public Bernard Van Nuffel (Écolo).

Plusieurs réunions ont eu lieu entre les riverains, la commune et la Stib pour résoudre le problème, en vain. "La Stib prévoit à court ou moyen terme de renouveler les rails de trams en installant une enveloppe acoustique pour qu’il n’y ait plus de transmission de vibrations. Cependant, cela doit être combiné avec la rénovation des égouts qui prendra du temps. On essaie actuellement d’obtenir une autorisation de la Région bruxelloise pour mettre la rue en zone 30 afin de limiter les nuisances", ajoute l’échevin.

Pour rappel, la Stib a introduit récemment une demande de permis d’urbanisme en vue de réaménager les lignes de tram 19, 51, 62 et 93 et les rues avoisinantes dont Jules-Lahaye. Le projet est à l’enquête publique jusqu’au 22 juin. Malheureusement pour les riverains, celui-ci ne devrait pas voir le jour avant 2021.