Bruxelles

Le procès de Michaël Van De Vreken débute ce mercredi.

Le procès de Michaël Van De Vreken, accusé de l'assassinat de sa compagne, débute mercredi à 14h avec le tirage au sort des jurés, à la cour d'assises de Bruxelles. L'instruction d'audience débutera, elle, lundi à 9h00. Il s'agit du premier dossier criminel à Bruxelles qui sera à nouveau jugé par la cour d'assises, après que la cour constitutionnelle a annulé les articles de la loi "pot pourri II" qui permettaient la correctionnalisation de tous les crimes. Michaël Van De Vreken, âgé de 33 ans, est accusé d'avoir volontairement tué, et avec préméditation, sa compagne, Vjollca Hoxha.

Ce dernier a avoué avoir tué la jeune femme, une ancienne prostituée, le 12 mars 2017 à Jette. L'accusé a déclaré à la police qu'il n'avait pas eu l'intention de provoquer la mort de sa compagne, affirmant l'avoir empoignée au niveau du cou pour essayer de la maintenir après qu'elle l'avait griffé.

Il a indiqué avoir ensuite enveloppé le corps dans un drap, puis l'avoir placé dans une manne à linge, et enfin dans un large sac. Il s'en était ensuite débarrassé en le jetant dans le canal de Bruxelles-Charleroi.

Le 26 mars 2017, trois personnes circulant à bord d'un bateau à moteur sur ce canal, à hauteur de Laeken, ont remarqué un grand sac en plastique flottant à la dérive. Arrivé à hauteur de celui-ci, ils ont constaté qu'il contenait un cadavre.

Ces personnes ont alors appelé la police et le corps a été sorti sur une berge du canal à hauteur du Quai Léon Monnoyer, avec l'aide des pompiers-plongeurs.

Après autopsie, la victime a été identifiée comme étant Vjollca Hoxha, une Albanaise âgée de 22 ans. Le médecin légiste a exclu une mort par noyade.

Vjollca Hoxha était arrivée en Belgique en 2014 et s'était prostituée rue d'Aerschot à Schaerbeek. En 2015, elle avait bénéficié du statut de victime de la traite des êtres humains et d'exploitation sexuelle suite à son témoignage contre son proxénète. Ce dernier avait été condamné à 5 ans d'emprisonnement par le tribunal correctionnel de Bruxelles.

Vjollca Hoxha avait ensuite vécu à Jette avec Michaël Van De Vreken, un de ses anciens clients, et avait commencé à travailler comme vendeuse puis comme serveuse.

Début février 2017, la victime avait recontacté un policier de la section des moeurs. Elle lui avait raconté que Michaël Van De Vreken ne vivait plus avec elle à Jette et qu'elle avait été menacée de mort par la nouvelle petite amie de ce dernier.