Bruxelles René Magritte, peintre surréaliste, sera mis à l’honneur toute l’année à Jette.

Chapeau boule, la pomme verte ou encore la pipe, les œuvres de Magritte sont très connues du grand public mais est-ce que l’homme est aussi célèbre que ses toiles ?

René Magritte est Lessinois mais il a vécu 24 ans de 1930 à 1954 à Jette, rue Esseghem au numéro 135. C’est d’ailleurs dans cette maison qu’il crée une grande partie de ses œuvres comme La Clef des Champs (1933) ou encore l’Empire des lumières (1949). "Il y a beaucoup de tableaux qui ont un lien avec sa maison : la fenêtre à guillotine, l’escalier, ou encore la double porte", indique Chloé Thibault, assistante au Musée René Magritte. Les paysages de la commune sont également visibles dans le calcul mental (1940) ou le mal du pays (1940). Mais Chloé Thibault précise "Un Magritte ne copie pas la réalité, il s’en inspire."

À l’occasion du 50e anniversaire de sa mort, la commune de Jette et les milieux scolaire et associatif ont décidé de mettre les petits plats dans les grands pour lui rendre hommage. Au total, 26 événements seront organisés s’étalant du mois de mars au mois de septembre. Le coup d’envoi de cette année Magritte aura lieu ce samedi avec une exposition et une balade nocturne dans la capitale afin de découvrir des endroits surréalistes.

Un festival d’une semaine sera également organisé fin avril début mai. Le village de René prendra ses quartiers au Parc de la jeunesse à Jette. Des conférences, des vernissages, des opéras, des danses et des ateliers créatifs à la couleur de Magritte sont déjà planifiés. Ces activités seront ouverts à tous et gratuites. Une bière, la Georgette du nom de son épouse a même été conçue pour l’occasion par la brasserie Bruxelloise en Stoemelings et le Willemsfonds.

"On sentait qu’on avait besoin de créer un lien social entre tous les habitants et qu’ils avaient besoin d’un nom qui soit fédérateur comme René Magritte. On espère d’ailleurs que Bruxelles sera un jour la ville de René Magritte", explique Chloé Thibault.

L’année Magritte prendra fin le 10 septembre. Mais l’échevin jettois de la Culture française, Mounir Laarissi (CDH) affirme que d’autres projets pourraient voir le jour, "Il y a des collaborations avec d’autres communes. Le but est d’élargir au maximum. On aimerait même faire quelque chose avec le musée Magritte à Bruxelles. Il y a aussi peut-être un projet avec la Stib de faire une ligne Magritte."