Bruxelles L’ascenseur pour accéder au quai de la gare de Jette est en panne depuis un mois.

De nombreux navetteurs utilisent tous les jours les trains traversant la capitale que ce soit pour rejoindre les autres régions du pays ou pour transiter dans Bruxelles. Cette habitude quotidienne se révèle être un parcours du combattant pour certains. C’est le cas des personnes à mobilité réduite.

Arno Sabatier, un habitant jettois, en fait actuellement l’amère expérience. En chaise roulante, il ne peut plus prendre son train à la gare de Jette depuis un mois. "L’ascenseur ne fonctionne pas et je ne sais pas pourquoi. J’utilise régulièrement le train pour aller dans le centre, mais là c’est terminé malheureusement", explique Arno Sabatier.

Selon la SNCB, il s’agit d’un cas de force majeure à cause d’une infiltration d’eau. "La cause précise est pour le moment inconnue. L’ascenseur a donc été immédiatement mis hors service pour des raisons de sécurité", détaille le service presse de l’entreprise ferroviaire.

Ce problème d’ascenseur a déjà mis Arno dans des situations difficiles. "Un jour, des gens ont dû m’aider à monter. Je suis arrivé à quai, mais l’ascenseur ne fonctionnait pas. Ce n’est pas vivable comme situation", peste le Jettois.

Arno s’est donc résolu à prendre d’autres transports en commun afin de rallier le centre. Il met aujourd’hui trois fois plus de temps avec la Stib qu’en prenant le train. "C’est une situation compliquée pour se donner des objectifs en termes d’horaire. On ne sait jamais si l’ascenseur fonctionne en arrivant. Personne ne nous prévient. Je n’ai même pas de retour concernant les mails envoyés", déplore l’homme en chaise roulante.

La raison de ce manque d’informations est que la SNCB ne sait toujours pas quand l’ascenseur sera réparé. "Une entreprise spécialisée doit intervenir. La SNCB incite d’ailleurs l’entreprise à fournir une solution le plus vite possible. Pour l’instant, nous ne connaissons malheureusement pas le délai dans lequel le problème peut être résolu", développe la SNCB.

Arno espère toujours une réouverture de l’ascenseur mais se demande vraiment si elle arrivera un jour. "J’en ai marre de me battre. C’est très difficile. On essaie d’être autonome et finalement on est bloqué. C’est une triste situation", conclut-il.

Pour rappel, la gare de Jette fait partie de celles intégralement accessibles en termes d’infrastructure pour les personnes à mobilité réduite.