Bruxelles Le chantier du réaménagement de la place du Miroir, en surface et en sous-sol, se déroulera au minimum jusqu’à l’automne 2018.

Un sol recouvert de dalles en granit blanc et gris, de nombreux arbres feuillus, des jets d’eau, des illuminations mettant en valeur chaque nuit l’église Sainte-Madeleine… Le réaménagement de la place Reine Astrid (NDLR : ou du Miroir), et la création de son parking sous-terrain devraient permettre à la commune de connaître une véritable embellie en termes de qualité de vie et de convivialité. Mais aussi de mobilité, grâce à la nouvelle ligne de tram 9, qui reliera, dès 2018, Simonis au plateau du Heysel. Mais avant toutes ces métamorphoses annoncées, Jette va surtout connaître plusieurs années de travaux.

À la veille du lancement des différents chantiers, et alors que les premiers rails de tram seront posés le 24 août, la commune et la Région ont réuni lundi la presse pour faire le point sur le timing des travaux. Et assurer que tout sera mis en œuvre pour permettre aux commerçants de la place et aux maraîchers du dimanche de ne pas pâtir de ces années de chantier. " Il est clair que les différentes phases d’impétrants peuvent receler de potentiels problèmes inconnus. Ce qui est acquis en tout cas, c’est le principe d’aboutir", a indiqué Paul Leroy (CDH), l’échevin en charge de la Vie économique et Commerce. "Cette volonté d’améliorer la qualité de vie à Bruxelles s’inscrit de manière générale dans la politique régionale", a rappelé, de son côté, le ministre bruxellois en charge des Travaux publics Pascal Smet (SPA).

Le chantier de la place Reine Astrid et de ses environs immédiats sera lancé début septembre, soit juste après le marché annuel jettois. Ces travaux seront divisés en différentes phases afin de ne pas paralyser entièrement le centre économique de la commune. La première phase, qui se déroule de septembre à avril 2016, concerne les impétrants, c’est-à-dire les travaux souterrains comme les canalisations de gaz, d’électricité et d’égout.

Suit ensuite , à partir de mai 2016 et jusque fin 2017, la construction des 199 places de parking souterrain, réparties sur trois étages en dessous de la place et de l’avenue de Jette. Dernières étapes prévues : le réaménagement de la place elle-même dès mi-2017, et la pose des voies de tram sur l’avenue de Jette début 2018. Subsistent encore néanmoins quelques inconnues de taille, que ce soit sur le financement du réaménagement de la place ou le type d’exploitation du futur parking (NDLR : public ou privé).

Divisé en deux, le marché dominical sera relié par… un train touristique !

Comme nous le rapportions précédemment, une partie du marché dominical sera déplacée, le temps des travaux, sur la place Cardinal Mercier. Quels maraîchers devront plier bagage ? Les autorités communales n’ont pas définitivement tranché la question. 

"On y travaille. On veillera à ce que les maraîchers ne soient déplacés qu’une fois durant ces travaux. Il y a une série de critères auxquels on fera attention. Un maraîcher qui avait un emplacement sur un coin recevra de nouveau une place sur un coin. À titre d’exemple, on ne mettra pas deux volaillers l’un à côté de l’autre", explique Paul Leroy (CDH), l’échevin de la Vie économique de Jette, qui précise que, tout au long des travaux, seul un tiers de la place sera en chantier. Une navette gratuite reliera les deux parties du marché. Si dans un premier temps, il s’agira d’un petit train touristique, la commune négocie avec la Stib pour que des bus prennent ensuite le relais.

40 places de courte durée

La circulation automobile autour de la place du Miroir sera inévitablement impactée par les différents chantiers prévus. La commune fera néanmoins en sorte que les déplacements à pied restent toujours possibles. En outre, une douzaine de places de stationnement à courte durée (de 15 à 30 minutes) sera créée prochainement aux abords de la place, portant le nombre total de places de ce type à 40. "L’objectif est de permettre aux gens de s’arrêter peu de temps pour faire des courses de type court",indique Paul Leroy, l’échevin jettois en charge de la Vie économique.

Si l’emplacement de ces places doit encore faire l’objet d’arbitrages, chacun des commerces de la place devrait se trouver à moins de 100 m de ce type. Comme nous le rapportions précédemment dans nos pages, les parkings des supermarchés voisins pourraient aussi accueillir les véhicules des riverains lors du marché dominical. Sur ce point, la commune est toujours en train de mener des négociations.