Bruxelles La famille de Soulaïmane l’a annoncé : elle se constituera partie civile.

La famille de Soulaïmane Jamili, décédé sur les rails du métro le 21 février, organise une commémoration à l’occasion des 3 mois du décès du jeune homme. Les anciens camarades de classe du jeune homme, issus de trois écoles, l’athénée royal Serge Creuz (Molenbeek), l’école des Etoiles (Haren) et l’école Emile Bockstael (Laeken), participeront au rassemblement qui démarrera à 14h à la station de métro Osseghem (Molenbeek), lieu de l’accident.

Les anciens condisciples du jeune homme, escortés par les syndicats de la Stib, se rendront en métro jusqu’à Louise puis au palais de justice à 15 h 30, où tout le monde est invité à apporter son soutien aux proches de Soulaïmane. La famille portera également plainte avec constitution de partie civile, afin d’avoir accès à l’entièreté du dossier. Les proches du jeune homme regrettent en effet de ne pas avoir pu visionner l’entièreté des images des caméras de surveillance enregistrées pendant l’incident pour comprendre ainsi ce qu’il s’est passé. Selon les images été montrées à la famille, l’enfant était toujours encadré par la police au moment de son décès après plus de 35 minutes.

Soulaïmane Jamili , 14 ans, a été écrasé par le métro à la station Osseghem, le 21 février dernier, lors d’un contrôle policier. Les faits ont eu lieu après un premier contrôle du jeune homme et de deux de ses amis par les services de sécurité de la Stib. Selon la famille, le jeune homme a paniqué parce qu’il a été traité comme un criminel, tandis que les premiers éléments communiqués par les autorités faisaient état d’un probable suicide.