Bruxelles Thomas Janssens a défié le Bruxellois en demi-finale avant de décrocher le bronze.

Thomas Janssens a quitté Herstal heureux et fier, samedi, à l’issue du National . Et pour cause… À 26 ans, le judoka de Grez-Doiceau a décroché sa première médaille, le bronze, en -100 kg. Une catégorie où il a d’ailleurs croisé un certain Toma Nikiforov en demi-finale. "Ce fut un honneur de combattre contre lui et j’ai apprécié les deux minutes que j’ai passées sur le tatami. Ça ne se dit pas en judo, mais je m’étais, bien sûr, préparé à perdre. Mon objectif était de ne pas me blesser dans la perspective de mon combat pour le bronze. Et c’est ce qui s’est passé. Toma est un monstre physique, mais gentil. Il n’a même pas insisté sur la clé de bras qui lui donne la victoire. Et moi non plus ! J’ai tapé pour ne pas y laisser mon bras…"

Employé chez Basic-Fit , à Waterloo, Thomas joint l’utile à l’agréable en y soignant sa condition physique, tout en s’entraînant trois fois par semaine à Grez-Doiceau, club créé par son père, Dominique. "C’est là que j’ai commencé le judo, à cinq ans et demi. Mon père n’avait pas envie que je me mette au football. Alors, il m’y a emmené. Et je l’en remercie. Dommage qu’il n’ait pu assister à ce National … Il s’était engagé à passer le week-end, à l’étranger, pour fêter un anniversaire. Mais mon frère, Romain, ma sœur, Manon, et ma copine, Carole, étaient présents. Ils ont filmé chaque combat et lui ont envoyé en direct. Je les remercie pour leur soutien."

Septième l’an dernier, Thomas Janssens a franchi un fameux palier cette saison et sa médaille de bronze est la récompense de son investissement. "J’ai pris sept ou huit kilos de masse musculaire et je le ressens dans mes combats, que je parviens à mieux contrôler. Alors, oui, j’étais mieux préparé que par le passé et ma finale pour le bronze en est la meilleure preuve puisque j’y ai dominé mon rival."

Opposé à Anthony Demoustier, Thomas a laissé parler sa puissance et son explosivité pour monter sur un podium qu’il attendait depuis de nombreuses années. "Tout au long de la journée, j’ai aussi bénéficié des précieux conseils d’Eddy Lamblot, le deuxième entraîneur du club. Mais cette médaille n’est pas une fin en soi. Elle constitue un formidable boost parce que, désormais, je me sens dedans ! Place maintenant aux Interclubs, les 18 et 25 novembre, et à l’entraînement pour préparer la saison prochaine."

Cette première médaille nationale a vraiment libéré le sympathique Thomas Janssens.