Bruxelles Le bourgmestre a présenté sa liste en vue des élections communales d'octobre.

C'est dans la galerie d’art aborigène d’Australie, Aboriginal Signature, située à la rue Jules Besme que le bourgmestre de Koekelberg, Philippe Pivin (MR), a décidé de présenter sa liste en vue des prochaines élections communales. Un lieu symbolique pour le bourgmestre qui estime que le Nord-Ouest de la capitale représente le futur de Bruxelles.

En tout, 27 candidats composent la liste du bourgmestre dont 14 sont néophytes et se présentent pour la première fois aux élections communales. La liste compte également quatre candidats d'ouverture "qui ne sont pas des attrapes voix", souligne le bourgmestre, "ils sont engagés pour leur commune." En outre, des membres du MR, de Défi, de l'Open-Vld, de la SPA et du CD&V composent aussi cette liste hétéroclite.

Philippe Pivin a tiré un bref bilan plutôt positif de ces six dernières années. Il a mentionné le réaménagement de la place Simonis, l'îlot de la Liberté, l'ouverture scolaire à la rentrée prochaine, ainsi que l'ouverture d'une troisième crèche communale.

Le programme de la liste du bourgmestre sera détaillé au mois de septembre mais deux grands axes ont néanmoins été soulignés: le respect de l'autorité publique et des valeurs, ainsi qu'une plus grande ouverture à l'échange et à la concertation.

Jean-Pierre Cornelissen, premier échevin sortant, poussera la liste tandis que Sylvie Andry, échevine de la Petite enfance et de la culture francophone est placée en seconde position. 

Philippe Pivin confie également qu'il se présente pour la dernière fois et que ce mandat serait son dernier. Mais pas question de s'arrêter avant la fin "tant que j'ai l'appétit et la santé, j'irai jusqu'au bout du mandat, je ne me fixe aucune échéance". Après trois mandats consécutifs, il rempilerait pour un quatrième en octobre prochain, si les électeurs le lui permettent. Avant cela, il avait déjà été pendant six ans le président du CPAS. "C'est le moment de laisser la place aux autres", a-t-il souligné. Quant à la question du décumul, il a toujours été clair sur ce point: "Si la loi passe, je donnerai de toute façon priorité à la commune."

Son dernier souhait s'il est élu sera de voir débarquer l'Espace Catastrophe, le centre international d'art circassien, sur le territoire de la commune. Au côté du Belgian Chocolate Village, il estime que cela serait un atout non négligeable pour l'attrait de la commune.