Bruxelles Un rapport de 2016 sur le tunnel Léopold II recommandait pourtant la mise en place d’un système de sécurité autour de ces plaques d'aération.

Dans le parc Elisabeth qui est situé à cheval sur les communes de Ganshoren et de Koekelberg, on peut observer au sol de larges grilles métalliques. Celles-ci font partie du paysage depuis longtemps et ne semblent guère inquiéter les nombreux usagers de cet espace vert du nord de la capitale. Ces bouches de ventilation du tunnel Léopold II pourraient pourtant représenter un danger sanitaire pour les personnes qui fréquentent le parc, alerte Stéphane Obeid (MR), conseiller communal à Ganshoren.

"Les promeneurs ne savent généralement pas à quoi servent ces plaques. Des familles viennent jouer et pique-niquer juste à côté. L’une des bouches d’aération se trouve à seulement quelques mètres d’une plaine de jeux. Les élèves du Sacré-Cœur de Jette et de Notre-Dame de la Sagesse viennent faire leur jogging dans ce parc, parfois ils courent même sur les grilles", déplore-t-il.

Son inquiétude est légitimée par un rapport d’incidence réalisé dans le cadre du projet de rénovation du tunnel Léopold II qui explique que ces grilles de ventilation permettent de rejeter vers l’extérieur l’air vicié du tunnel. "À proximité immédiate de ces évacuations, l’air ambiant est donc fortement chargé en polluants", peut-on lire dans ce texte datant de novembre 2016.

Des recommandations y sont émises par le bureau d’études Agora. "Il est important de mettre en place des systèmes de sécurité autour de ces bouches d’aération afin d’éviter tout passage de promeneurs sur ces dernières ou à proximité immédiate, ce qui les exposerait ponctuellement à de fortes concentrations en polluants atmosphériques. Ce risque est encore plus marqué dans le parc Elisabeth II, étant donné qu’il est fortement fréquenté par des promeneurs, et notamment des enfants qui joueraient à proximité de ces bouches d’aération."

Près d’un an plus tard, aucune mesure de sécurisation ni d’information vis-à-vis du public n’a été prise, dénonce Stéphane Obeid. "Il est question de déplacer le système de ventilation hors du parc dans le cadre de la rénovation du tunnel Léopold II. Mais en attendant, on pourrait au moins installer des panneaux et mettre des haies qui empêchent d’accéder aux grilles."

Interrogé sur ce point au Parlement bruxellois par le chef de groupe MR Vincent De Wolf, le ministre bruxellois de la Mobilité, Pascal Smet (SP.A), a déclaré qu’il en parlerait à Céline Fremault (CDH), la ministre régionale de l’Environnement. "C’est de nouveau l’imbroglio bruxellois avec un ministre qui renvoie la balle à un autre alors qu’il est en charge des infrastructures. En un an, Pascal Smet a-t-il seulement pris la peine d’envoyer ce rapport à sa collègue ?" s’interroge le conseiller ganshorenois.

© DEMOULIN BERNARD