Bruxelles La seule structure communale de type 8 change de nom et développe un nouveau projet pédagogique.

À l’occasion de sa journée portes ouvertes organisée mardi dernier, la seule école communale d’Ixelles prodiguant un enseignement individualisé (type 8, destiné à un public atteint de troubles instrumentaux tels que la dyslexie, la dyscalculie, la dysphasie, etc.) a dévoilé son nouveau nom et son nouveau projet pédagogique. L’école s’appelle désormais École en Mouvement - Les navigateurs. "Nous avons également changé nos méthodes pédagogiques", assure Sophie Ouvry, enseignante depuis dix ans dans cette petite structure d’une quarantaine d’élèves.

"L’équipe éducative s’est remise en question, a adapté ses méthodes d’apprentissage en se basant sur les principes de la pédagogie active. Notre objectif est de faire évoluer les enfants grâce à des méthodes d’éducation plus modernes, de mettre l’élève au centre de ses apprentissages. Ce projet pédagogique est le fruit d’une réflexion démarrée voici un an."

Concrètement , les élèves de l’école Les Navigateurs seront répartis en groupes hétérogènes pour des ateliers d’éveil et de découvertes (cuisine, couture, expression artistique, etc.). Pour les matières telles que le français et les mathématiques, les élèves seront répartis selon leurs besoins. "Le but est que chaque élève puisse bénéficier d’un enseignement ciblé selon son niveau, ses besoins", poursuit Sophie Ouvry. "Le tout en misant au maximum sur le plaisir d’apprendre via des jeux, des manipulations choisies selon les centres d’intérêt de l’élève."

Autre exemple de la nouvelle pédagogie mise en place par l’équipe des Navigateurs : la brain gym. Derrière ce nom barbare se cache une double animation mêlant gymnastique et lecture quotidienne en même temps. "Tout le monde participe à cet atelier : les élèves, les enseignants et l’équipe paramédicale."

La nouvelle direction prise par cette petite école communale est quasiment une question de survie.

Depuis que les écoles dites ordinaires doivent prouver qu’elles mettent un maximum de choses en place pour aider les élèves en plus grande difficulté, les transferts vers les écoles de type 8 se font de plus en plus tardivement dans le cursus scolaire. Du coup, certaines structures de type 8 voient le nombre de leurs élèves diminuer.

Par ce nouveau projet , Les Navigateurs entendent montrer et faire connaître la nature de leur travail au quotidien, parce que "la priorité de notre école est que les enfants s’y sentent bien, qu’ils redécouvrent l’envie d’apprendre, la curiosité et la tolérance envers eux-mêmes et envers les autres. Souvent, les enfants que nous accueillons ont connu des échecs, éprouvent des difficultés suite à leur trouble."

"En leur donnant des outils adéquats, du temps, le droit à l’erreur, nous développons leur confiance en eux, le plaisir d’apprendre. En mettant du sens dans les apprentissages, nous les rendons autonomes face à ceux-ci."