Bruxelles

Une vaste opération de contrôle ciblant les automobilistes bulgares a été menée par la police de la zone Bruno (Schaerbeek, Evere, Saint-Josse-ten-Noode), jeudi dernier dans l’après-midi. Dès 15 h 30, le quartier de la place de la Reine, de la rue Royale Sainte-Marie et de la rue François-Joseph Navez a été bouclé par la police, accompagnée pour l’occasion de plusieurs douaniers et d’un policier venu spécialement de Bulgarie.

Objectif de cette opération policière : contrôler les Bulgares domiciliés en Belgique dont la voiture est encore immatriculée en Bulgarie. Pour mémoire, c’est interdit et ça permet, généralement, aux propriétaires de la voiture d’éluder le contrôle technique, la taxe d’immatriculation, les amendes de stationnement, etc.

Outre le contrôle des papiers d’identité et d’immatriculation, les policiers ont invité les automobilistes à rendre une petite visite chez Rauwers - comme par hasard, le contrôle a eu lieu juste en face des bureaux de la société en charge de verbaliser les automobilistes ne payant par leurs tickets de stationnement…

Grâce à cette opération, les agents de Rauwers ont ainsi récupéré environ 20.000 € d’impayés en quelques heures. D’après la police schaerbeekoise, le fait de forcer les automobilistes à payer leurs amendes de parking ne nécessite pas d’autorisation spéciale.

Bien connue des Bulgares, la place de la Reine est également le théâtre d’un drôle de manège. Les Bulgares y organisent en effet un système de taxis via des camionnettes. Sont organisés des voyages vers la Bulgarie ainsi que des navettes vers des chantiers clandestins.

La plupart du temps, ces véhicules ne sont ni équipés pour le transport de groupes, ni, on s’en serait douté, assurés en conséquence. Quant aux ouvriers qui embarquent, ils travaillent tous au noir. Pour toutes ces raisons, l’opération menée la semaine passée est appelée à être répétée, confie encore la police de la zone Bruno.