Bruxelles À deux pas des grandes enseignes se trouve une dizaine de commerces vides. Aucune solution n’est apportée par la commune.

"Surface commerciale à louer", "Liquidation totale" ou encore "Nous déménageons avenue Louise", voici le type de messages apposés sur les vitrines de magasins vides, le plus souvent rencontrés sur la chaussée d’Ixelles au cours des derniers mois.

Certes, si le bas de la chaussée d’Ixelles, côté place Flagey, souffre depuis plusieurs années de vide commercial, c’est désormais une toute autre partie de la voirie qui est désormais concernée par cette problématique, à savoir celle située entre la place Fernand Cocq et la rue du Prince royal. À deux pas donc des grandes enseignes qui font la renommée de l’artère commerçante.

Et il faut dire que le constat est alarmant. Sur les 300 mètres qui séparent ces deux points, nous avons répertorié neuf cellules commerciales vides lors de notre passage ce jeudi.

Une situation qui semble s’être aggravée au cours des derniers mois selon les commerçants. "Pour l’instant, la moitié de la chaussée se vide. Cela fait neuf ans que je suis sur la chaussée et je viens de remettre mon préavis. Je vais fermer boutique dans quatre mois car il n’y a plus personne. Il faut que la commune mette en place des activités pour attirer les clients", déplore Kosra, dont le magasin de chaussures est installé entre deux surfaces à louer.

Les futurs travaux de réaménagement de la chaussée d’Ixelles, qui devraient démarrer à la fin du mois de mai, semblent également avoir leur part de responsabilité dans cette vague de fermeture. "Parmi nos clients, nous avons beaucoup de personnes qui viennent en voiture. Nous risquons de les perdre, notamment les personnes âgées et les familles avec enfants. On espère ne pas avoir de travaux pendant les soldes", confie Sylvie, gérante d’une grande marque de prêt-à-porter.

Pour rappel, le projet de réaménagement prévoit la création d’un semi-piétonnier, autorisant seulement l’accès en journée aux transports en commun, taxis et cyclistes. Les automobilistes ne pourront emprunter la chaussée qu’entre 19 h et 7 h du matin.

Du côté de l’Union des classes moyennes, on pointe du doigt le manque d’actions prises par la commune. "La situation n’est pas des plus glorieuses et cela semble loin d’être la priorité de la commune. C’est regrettable. Sur les 44 commerces vides répertoriés par CityDev sur le territoire d'Ixelles, dix se trouvent sur la chaussée d’Ixelles, soit près d’un quart", déplore Antoine Bertrand, conseiller commerce à l’UCM.

Outre les travaux, l’association des commerçants du quartier des continents met en lumière un autre phénomène. "Il y a eu plusieurs commerçants qui vendaient des objets entre 1 et 5 €. Ce n’est pas tenable quand on sait que le loyer s’élève à 5.000 €. Certains ont attendu aussi avant de s’installer avec ce projet de réaménagement. Il est vrai que c’est une période calme mais on sent que le dynamisme reprend", tient à rassurer la présidente de l’association Chantal Hemerijckx.

Les travaux du futur Primark ont débuté

Après la rue Neuve, la célèbre enseigne Primark s’apprête à s’installer chaussée d’Ixelles dans les anciens locaux du magasin Sport Direct. Interrogé sur l’avancée du projet, le promoteur Redevco nous confirme que les travaux ont bel et bien débuté. "Nous sommes occupés à rénover notre immeuble en vue d’accueillir des retailers et d’installer des appartements", confie le porte-parole Filip de Bois. 

Selon la présidente de l’association Quartier des Continents, Chantal Hemerijckx, un accord aurait été conclu avec la commune pour conserver certaines structures d’époque du bâtiment. Le magasin de 6.000 m2 devrait officiellement ouvrir ses portes fin 2018.