Bruxelles Selon les révélations Panama Papers, 52 cas ont été enregistrés à Uccle. Le taux le plus élevé de Belgique.

Les informations révélées dimanche par plusieurs médias belges et internationaux, en partenariat avec l’International Consortium of Investigative Journalist, ont fait l’effet d’une bombe. Elles révèlent notamment que parmi les 732 Belges éclaboussés par le scandale d’évasion fiscale, 178 proviennent de la Région bruxelloise. Le nom d’aucun Bruxellois frauduleux n’a jusqu’à présent filtré dans la presse, mais on sait toutefois que sur les dix premières communes belges, cinq se trouvent dans la capitale.

La commune d’Uccle trône en tête de ce classement peu flatteur, avec 52 cas possibles d’évasion fiscale. Un constat que tente d’expliquer le bourgmestre Armand De Decker (MR), en détaillant les caractéristiques de la commune. "Uccle est composée de 70 % d’habitants issus de la classe moyenne, 15 % de gens nantis et 15 % de personnes défavorisées", affirme le maïeur. "Sur les 82.000 habitants, on enregistre 13.000 Français, environ le même nombre qu’à Ixelles qui se trouve en troisième position après Anvers. Cet afflux de Français peut expliquer la présence des deux communes dans le haut du classement", ajoute-t-il.

Armand De Decker tempère toutefois. "Il y a certainement quelques Belges qui sont concernés par l’affaire du Panama Papers, mais force est de constater que la diaspora française est très présente à Uccle et Ixelles". Selon le libéral, environ 1/3 de sa population française est arrivée récemment, notamment suite à la politique fiscale très rude mise sur pied par le président François Hollande. "Parmi les nouveaux arrivants français, il est probable que des gens soient venus chez nous pour des raisons fiscales, et je crois que c’est la raison pour laquelle Uccle et Ixelles figurent haut dans le classement".

L’édile précise toutefois que ces pratiques frauduleuses entraînent indirectement une perte fiscale pour les communes. "Ces pratiques représentent une perte fiscale pour l’État, et comme chaque commune perçoit des centimes additionnels sur l’IPP, cela représente un manque à gagner pour nos communes", ajoute Armand De Decker.

Derrière Uccle, on retrouve aussi Ixelles, Bruxelles-Ville et Woluwe-Saint-Pierre. Le bourgmestre de cette dernière entité, Benoît Cerexhe (CDH), n’était pas au courant lundi que 11 de ses habitants étaient concernés par ce scandale. "Une partie de la population est aisée, mais ça ne justifie en rien le fait de frauder le fisc. Nous avons environ 40 % de la population qui est étrangère, avec en tête les Français, suivi d’Italiens et d’Allemands, mais je ne souhaite pas faire de commentaires prématurés", a-t-il expliqué.