Bruxelles

Des inconnus ont vandalisé pendant la nuit la façade du siège de la N-VA, situé rue Royale à Bruxelles, a indiqué vendredi un porte-parole du parti nationaliste flamand, précisant que les dégradations avaient été signalées à la police. 

Le nom de Mawda, une fillette de deux ans tuée par une balle tirée par la police au cours d'une course-poursuite avec une camionnette transportant des migrants en mai dernier, a été inscrit à la peinture rouge sur le bâtiment de la formation politique.

La phrase "Mawada, killed by NVA Politics" ("Mawda, tuée par la politique N-VA", ndlr) a été apposée à plusieurs endroits de la façade par les auteurs de cet acte de vandalisme.

"Le vandalisme n'a pas sa place dans une démocratie. Il faut débattre avec des idées et des arguments. Restons dans cet esprit jusqu'à dimanche", a commenté le porte-parole du parti.

Le secrétaire d'Etat à l'Asile et la Migration, Theo Francken, pense quant à lui savoir qui se cache derrière cette action. "Les activistes d'extrême gauche et les militants en faveur des frontières ouvertes sont de plus en plus agressifs. La gauche se permet tout", a-t-il lancé sur Twitter.