Bruxelles

Les forces de l'ordre ont également dû gérer la nervosité ambiante des personnes massées autour des périmètres de sécurité.

Alors que les policiers ont essuyé quelques jets de projectiles, principalement des bouteilles, en fin d'après-midi à Molenbeek, la tension semblait être montée d'un cran en début de soirée.

De nombreuses personnes, dont des jeunes, attendaient tout près des cordons de sécurité. Certains probablement voulaient rapidement rentrer chez eux ou pouvoir prendre des nouvelles de membres de leur famille bloquée dans les habitations de la rue où Salah Abdeslam a finalement été arrêté.

Une double tâche donc pour les policiers qui devaient maintenir le calme et déloger un éventuel dernier terroriste retranché !

Les équipes de police pliaient finalement bagage vers 20h45 à Molenbeek-Saint-Jean après une importante opération policière qui a permis l'interpellation de Salah Abdeslam et de deux autres suspects des attentats du 13 novembre à Paris. Le périmètre de sécurité est levé, mis à part autour de la maison perquisitionnée, rue des Quatre-Vents.

Plusieurs combis de policiers ont quitté les lieux, tout comme l'hélicoptère de la police fédérale. Le périmètre de sécurité est fortement raccourci et n'entoure plus que la maison perquisitionnée, permettant à des riverains de regagner leur quartier.

Il régnait comme une sorte d'incrédulité dans l'esprit des riverains. C'est en tous cas ce qu'il ressort des propos entendus ça et là, a constaté sur place l'Agence Belga. Les gens semblaient croire difficilement à l'arrestation de l'homme recherché depuis des mois pour sa participation présumée aux attentats de Paris du 13 novembre dernier. En milieu de soirée, alors que les opérations de police se terminaient, l'atmosphère était relativement calme dans le quartier, les riverains prenant même parfois un ton humoristique pour commenter les événements.