Bruxelles Nouveau beau succès pour la 4e édition de la Brussels Football Ladies Night

Le cadre prestigieux du stade Constant Vanden Stock, près de 200 filles présentes, Fadila Laanan comme invitée d’honneur, la quatrième édition de la Brussels Football Ladies Night avait tout pour connaître un nouveau succès. "Ce fut une belle soirée de gala qui a permis de mettre les actrices du football féminin en avant et d’aborder quelques sujets d’actualité concernant le développement de notre football féminin", précise Marc Roosens.

Ce fut aussi un moment d’échange. "C’est l’occasion pour les joueuses de rencontrer leurs adversaires dans d’autres circonstances, pour les clubs d’apprendre à se connaître et de partager leur expérience."

Une soirée réussie, à l’image d’un football féminin qui se porte toujours aussi bien, un an après avoir explosé. "On note une petite stagnation par rapport à l’année précédente qui avait été exceptionnelle, mais c’est plutôt logique."

Deux phénomènes expliquent une progression moins exceptionnelle. "La première, c’est la saturation des infrastructures à Bruxelles, qui ne me permet pas de se développer aussi vite que souhaité."

Le second vient de la scission entre francophones et néerlandophones, comme chez les garçons. "Nous avons dû regrouper des équipes de débutantes et d’autres plus expérimentées dans la même série, d’où une légère diminution du niveau. Mais nous réfléchissons actuellement afin d’inverser la tendance."

Cette soirée a notamment permis aux différents acteurs du football féminin d’évoquer ces projets, d’échanger leurs points de vue afin d’améliorer l’image de leur discipline. "J’ai notamment eu une discussion très instructive avec le président du White Star Femina, qui reste un exemple à suivre pour tous les clubs bruxellois."

Au final, tout le monde saluait l’initiative du Brussels Football et attend avec impatience la cinquième édition, mais aussi cette finale de Coupe du Brabant prévue le 1er mai prochain où les filles aussi auront leur heure de gloire, juste avant que les hommes n’entrent en action.