Bruxelles Pour le député Gaétan Van Goidsenhoven, Bruxelles ne remplit pas ses obligations à l’égard des primo-arrivants.

Le gouvernement bruxellois l’avait promis : le parcours d’intégration obligatoire à destination des primo-arrivants devait être sur pied au 1er janvier dernier. Un bon mois plus tard, toujours rien de concret à ce sujet, assure le député bruxellois Gaetan Van Goidsenhoven (MR). Pour l’Anderlechtois, qui pointe "une situation inacceptable sur le plan intellectuel et moral", la solution passe par la création d’une agence bruxelloise de l’intégration et de l’immigration, gérée par la Cocom (la Commission communautaire commune qui gère les dossiers relevant à la fois des compétences francophones et néerlandophones sur le territoire de la région bruxelloise).

L’élu anderlechtois pointe l’absolu manque de coordination entre les entités compétentes. "Le dispositif francophone financé par la Cocof est tout à fait balbutiant", critique-t-il. "À tel point que le public le plus fragilisé n’a même pas connaissance de la possibilité d’accéder à ce parcours d’intégration. On arrive à une situation dramatique, l’insuffisance règne à tous les étages", poursuit Gaétan Van Goidsenhoven, qui assure que même dans les rangs de la majorité, "des députés s’inquiètent du manque de maîtrise du gouvernement bruxellois, qui ne remplit pas ses obligations".

Cette agence de l’intégration et de l’immigration serait chargée de "soutenir la concertation et la recherche de complémentarités pour l’ensemble des actions déployées sur le territoire régional en matière d’intégration et d’immigration (parcours d’intégration, permis de travail, cours d’alphabétisation, suivi psychosocial, etc.), elle organiserait la transmission d’information la plus efficace possible entre les différents niveaux de pouvoir compétents pour la mise en œuvre du parcours d’accueil des primo-arrivants, en particulier les communes, mais aussi à l’égard du public cible et réaliserait un tableau de bord mensuel des résultats qualitatifs et quantitatifs des mesures déployées sur le terrain".

Gaétan Van Goidsenhoven va déposer une proposition de résolution en ce sens très prochainement. "Le cas échéant, cette proposition de résolution pourrait s’accompagner d’une proposition de décret afin de forcer le gouvernement à respecter ses engagements en la matière."