Bruxelles Les Verts craignent que la métroïsation jusqu’à Albert ne soit pas bénéfique pour les habitants du sud de la Région bruxelloise.

C’est bien connu : les écologistes bruxellois ne sont pas de fervents supporters du projet de métro Nord qui reliera Bordet (Evere) à la place Albert (Forest). Les Verts regrettent ce choix du gouvernement régional, estimant que ce projet qui présente un coût exorbitant ne permettra même pas d’améliorer la mobilité à Bruxelles.

Selon des mandataires Ecolo, la métroisation à partir de la place Albert risque même de dégrader l’accessibilité aux transports publics des Ucclois, des Saint-Gillois et des Forestois. "Actuellement, un habitant de la place Saint-Job peut se rendre dans le centre-ville en prenant le tram 92 puis le tram 4. Avec le métro Nord, le nombre de correspondances passera à deux. Une fois à Albert, il faudra sortir du tram et aller prendre le métro à un autre étage. C’est une nouvelle rupture de charge. Quant au tram 51 qui relie aujourd’hui Van Haelen à Stade, il sera aussi limité à Albert", explique Thibaud Wyngaard, chef de groupe Ecolo au conseil communal d’Uccle.

Ce dernier estime que le métro sera donc réalisé au détriment d’une ligne CHRONO très performante. "C’est du délire ! On va mettre un métro très cher à la place d’un tram en site propre qui apporte entière satisfaction pour un gain de temps dérisoire. Et si on prolonge le métro jusqu’à Calevoet, la commune d’Uccle sera moins irriguée puisque les arrêts de métro ne sont pas aussi rapprochés que les arrêts de bus et de tram", poursuit l’Ucclois.

Du côté de Saint-Gilles aussi, les écologistes redoutent des effets négatifs du métro Nord. Une nouvelle trémie dans l’avenue Fonsny doit permettre aux trams de plonger en sous-sol pour rejoindre la future station Constitution. "Cette trémie est une balafre longue d’environ 40 mètres dans une rue déjà peu conviviale qui doit être réhabilitée. La suppression de l’arrêt Suède en surface va nuire à l’accessibilité", souligne le député régional et conseiller communal à Saint-Gilles Alain Maron (Ecolo).

Les Verts pointent encore du doigt le coût du chantier titanesque qui sera lancé sous l’avenue de Stalingrad afin d’y construire la nouvelle station Constitution en lieu et place de la station actuelle Lemonnier. "Les travaux dureront sept à huit ans ce qui va démolir le tissu social et économique de cette artère pourtant récemment entièrement rénovée", déplore la députée bruxelloise Céline Delforge.

En résumé , les écologistes estiment qu’il n’y a aucun argument valable pour faire aller le métro Nord jusqu’à la place Albert. "Il est vrai que les trams 3 et 4 sont parfois saturés entre la gare du Midi et la gare du Nord durant les heures de pointe. Mais on pourrait mettre en place un tram des grands boulevards (TGB) ou un bus électrique sur le piétonnier. Cette navette qui soulagerait les trams 3 et 4 permettrait de voir les commerces, ce qui n’est pas le cas lorsque l’on roule en sous-sol. Ce serait positif pour les touristes, les habitants et les PMR", soutient Céline Delforge.

Les Ecolo qui souhaitent que l’on enterre le projet de station Constitution et que l’on abandonne la métroïsation de l’axe Nord-Albert émettent d’autres propositions. Parmi celles-ci : la fusion des lignes de tram 3 et 7 (dont la rupture de charge s’opère au beau milieu du rond-point Churchill). Cette nouvelle ligne express s’arrêterait à la Gare du Nord pour éviter d’avoir un trajet trop long et c’est le tram 4 qui poursuivrait alors sa route jusqu’à l’arrêt Esplanade.

Les Verts souhaiteraient également conserver le tram 51 dans son tracé actuel et garder les trams 81 et 82 en surface sans trémie dans l’avenue Fonsny avec un passage par la rue de l’Argonne qui pourrait être requalifiée. "Avec le métro Nord, on va dépenser des centaines de millions d’euros pour dégrader la situation : moins d’arrêts, plus de correspondances sans oublier l’impact néfaste des chantiers durant une décennie. Il n’y a aucun gain. On va dépenser pour faire moins bien par pure idéologie", concluent-ils.

© IPM

Des alternatives qui excluent la trémie sur l’avenue Fonsny étudiées par la Stib

La trémie prévue dans l’avenue Fonsny dans le cadre du projet de la nouvelle station de métro Constitution ne fait pas peur uniquement aux écologistes. Le bourgmestre de la commune de Saint-Gilles n’en veut pas non plus. "Jusqu’à présent, la trémie semblait être incontournable. Il n’y avait pas d’autres formules envisageables selon la Stib. Mais nous avons insisté pour que la Stib nous présente des alternatives. Une trémie aurait trop d’emprise sur la voirie et réduirait encore plus la fluidité de l’avenue Fonsny tout en entraînant une rupture très sérieuse pour les traversées", commente Charles Picqué (PS). Dans le cadre de l’étude d’incidence de la demande du permis de la future station Constitution, quatre scénarios ont été émis par un bureau d’étude. 

"Dans certaines de ces options, les trams ne plongent plus en sous-sol et restent en surface. L’un des grands enjeux est donc de savoir si on maintient ou non l’arrêt Constitution", résume le bourgmestre saint-gillois. "Nous avions juste demandé de ne pas nous mettre devant un fait accompli sans voir s’il existe des alternatives. Celles-ci ont été dressées par le bureau d’étude et nous les avons actées en collège" , précise-t-il.