Bruxelles C’est la demande faite par l’Union du boulevard Adolphe Max au bourgmestre.

Même s’ils ne sont pas vraiment situés sur le nouveau piétonnier du centre les commerçants du boulevard Adolphe Max disent en subir les conséquences négatives. L’instauration de la zone piétonne et d’un nouveau plan de mobilité aurait fait chuter la fréquentation sur cet axe qui avait été mis en sens unique vers la place Rogier depuis déjà plusieurs mois. Pour certains commerces, le chiffre d’affaires aurait baissé de 50 %.

Face à cette situation, une nouvelle association des commerçants a vu le jour. À laquelle se sont rapidement ralliés les hôtels (Le Plaza, le Marivaux et le NH) ainsi que des riverains. "Ces derniers craignent également de devoir vivre sur un boulevard déserté, dans lequel il n’y aurait plus de contrôle social", fait savoir Ghislain Morel de l’Union du Boulevard Adolphe Max.

Hier matin, ce comité avait rendez-vous avec le bourgmestre de la Ville, Yvan Mayeur (PS) dans l’optique de réclamer des solutions à cette problématique. La réunion semble avoir apaisé les commerçants. "Nous avons été reçus longuement et le bourgmestre semblait très à l’écoute. Nous avons eu un réel échange avec lui. L’idée n’est pas d’aller contre le piétonnier mais de réaliser des adaptations concrètes", commente Ghislain Morel.

Selon lui, Yvan Mayeur se serait montré intéressé par leur proposition consistant à remettre le boulevard Adolphe Max à double sens afin que celui-ci puisse retrouver son statut d’axe de pénétration de l’hypercentre. "Le bourgmestre pourrait ainsi trouver une solution pour l’hôtel Métropole qui se trouve au bout d’Adolphe Max. En créant par exemple une voirie dite de mobilité douce entre la rue Fossé aux Loups vers le boulevard Adolphe Max."

Du côté de la Ville, on se dit conscient des difficultés traversées par certains commerçants et prêt à envisager des modifications si celles-ci s’intègrent harmonieusement dans le plan de circulation. Le bourgmestre a assuré aux commerçants qu’une solution serait dégagée avant le lancement des Plaisirs d’Hiver qui débuteront fin novembre.