Bruxelles Une dizaine de nouvelles fresques présentées ce lundi viendront renforcer le parcours street art de la Ville de Bruxelles.

Décloisonner la culture en amenant l’art dans les quartiers, c’est un des objectifs poursuivis par le street art, cette discipline que l’échevine de la Culture de la Ville de Bruxelles, Karine Lalieux (PS), tente de faire reconnaître depuis le début de la législature.

Au cours des dernières années, la commune a permis à une centaine d’artistes belges et étrangers de s’exprimer en toute légalité sur les murs de la capitale. C’est le cas de l’artiste français Oakoak, qui vient de réaliser onze nouvelles fresques autour de la porte du Rivage en ce début de mois de mai. Celles-ci seront reprises sur un plan, qui sera distribué gratuitement dès vendredi à la centrale d’art contemporain, afin de permettre aux Bruxellois de prendre part à cette nouvelle balade street art.

Afin de pouvoir donner libre cours à son imagination, l’artiste a reçu carte blanche. "Nous l’avons sélectionné car sa méthode consiste à détourner des éléments du décor urbain en jouant avec leurs défauts et ces dessins sont teintés d’humour", a commenté l’échevine ce lundi lors de la balade.

Outre celles de Oakoak, la Ville de Bruxelles a recensé vingt-deux œuvres sur son territoire. Une petite dizaine d’autres fresques devraient voir le jour dans le courant de l’année. "Cela se fait soit par carte blanche, soit par appel à projets pour faire émerger de nouveaux artistes qu’on ne connaît pas, soit on passe une commande avec un artiste coup de cœur. Dans ce dernier cas de figure, il faut que l’artiste connaisse bien le quartier ou du moins qu’il ait une vision pour le quartier. On organise alors ensuite des rencontres avec les habitants pour que le projet soit accepté et s’intègre de la meilleure façon possible" ajoute Emmanuel Angeli, collaborateur au service culture de la Ville.

À terme, la commune prévoit la création d’un réel parcours street art (voir ci-contre). "Ce parcours sera destiné à tout le monde mais d’abord aux Bruxellois. Ces dessins égayent la ville et interrogent les gens aussi car ils abordent, pour la plupart, des sujets de société. Les Bruxellois pourront redécouvrir leur ville autrement", se réjouit Karine Lalieux.


Le parcours street art prêt pour fin 2017

Lancée sur la table en 2015, l’idée de créer un parcours street art continue de faire son chemin. Selon Emmanuel Angeli, collaborateur au service de la culture de la Ville, le projet verra le jour prochainement. "Nous voulons proposer un outil qui permettra de visualiser ce parcours et de le faire mais c’est encore en cours de développement", nous confie-t-il. Des propos que nous confirme l’échevine de la Culture, Karine Lalieux. "Nous sommes en train de préparer cela avec un collectif d’artistes. En ce moment, nous repérons les fresques présentes sur le territoire de la Ville de Bruxelles dans le but de les insérer dans un parcours. Cependant, il y en a énormément et donc nous devons réfléchir à la manière dont nous allons mettre tout cela en évidence. J’espère pouvoir développer ce parcours street art pour fin 2017", précise l’échevine. Actuellement, en l’absence d’une carte officielle, les œuvres d’art urbain peuvent être localisées via une carte interactive disponible sur le site internet de la commune.