Bruxelles

Du côté du refuge Veeweyde, à Anderlecht, une quarantaine de chiens et plus de 120 chats ont été recueillis depuis le début du mois de juin.

La saison des départs en vacances, des déménagements et des allergies a officiellement commencé, tandis que les abandons de portées entières de chatons se poursuivent de plus belle au refuge Veeweyde, situé à Anderlecht, le plus important de la Région bruxelloise.

Alors que la majorité des Bruxellois partiront en vacances dans une semaine, le refuge déborde déjà. “Nous avons déjà recueilli une quarantaine de chiens et plus de 120 chats depuis début juin à Bruxelles”, affirme Ludivine Nolf, responsable communication du refuge.

Parmi les 120 chats recueillis, une trentaine d’entre eux sont des chatons de deux semaines non sevrés, trop petits et trop faibles pour survivre sans leur maman. “Ils arrivent malades ou tombent rapidement malades et nous nous voyons dans l’obligation de les endormir paisiblement pour éviter qu’ils ne souffrent. Les chatons âgés de deux mois sont très rapidement adoptés. Nous préconisons par ailleurs de limiter le stress que peut ressentir l’animal. Donc un chaton abandonné et adopté le même jour a plus de chance de survie qu’un autre qui aura subi un abandon stressant. Deux stress consécutifs, c’est dans la majorité des cas, fatal pour le chaton”, poursuit Ludivine Nolf.

Selon elle, la demande dépasse l’offre en ce qui concerne les chatons. Les visiteurs désireux d’adopter un chat s’enquièrent toujours d’abord au sujet des chatons avant de s’intéresser aux chats adultes.

“Par ailleurs, les Bruxellois ont jusqu’au 1er juillet pour stériliser et pucer leurs chats et cela a un coût, mais à ce stade-ci, nous ne pouvons pas encore affirmer avec certitude qu’il y a un lien avec l’afflux d’abandons de chats. Chaque année à cette période, nous faisons face à des centaines d’abandons sauvages, des portées entières de chatons trouvés qu’on nous amène au refuge”, ajoute Ludivine Nolf.

Concernant les chiens, ils sont déjà 39 à avoir été abandonnés depuis le 1er juin, dont la plupart sont âgés d’un peu plus d’un an. Les motifs sont multiples et variés : déménagement, manque de temps, manque de place, allergies, fugues, problèmes de voisinage, problèmes de sociabilisation. Parmi les races les plus abandonnées, on retrouve les Jack Russell, l’American staff, le Husky, le Border Collie, le Bichon ou le Berger malinois.

Aujourd’hui, le refuge Veeweyde souhaite attirer l’attention du public sur le fait qu’il est plus judicieux d’adopter un animal après le retour de vacances. “Nous invitons les personnes qui souhaitent adopter un animal à revenir après être rentrées de vacances. C’est une question de logique : quand on adopte on doit pouvoir être disponible, attentif, patient pour un animal qui a été traumatisé et qui a besoin d’un environnement stable, sécurisant, il doit en effet s’habituer à son coin, son panier, etc. Nous déconseillons un départ en vacances immédiatement après l’adoption, car cela perturberait fortement l’animal en termes de trajet, d’odeurs, de lieux, ou de solutions de garde, etc.”, conclut Ludivine Nolf.