Bruxelles

Le comité de quartier Hippodrome Action estime qu’ils causent de trop lourdes nuisances depuis leur passage toutes les trois minutes en heure de pointe.

A la Stib, on assure que la ligne 71 exploitée par des bus articulés - issus du du dépôt Delta à Auderghem - sont tous de norme Euro 5. "Il se peut qu’exceptionnellement un véhicule issu d’un autre dépôt soit injecté mais la Stib ne possède de toute façon pas de bus articulé de norme inférieure à Euro 4 dans sa flotte", précise la société, qui rappelle dans la foulée qu’un bus articulé peut transporter plus de 100 personnes à la fois - et plus en heures de pointes. Soit l’équivalent d’une cinquantaine de voitures en moins pour chaque bus qui roule. "Dans tous les cas, nous nous conformons à la législation en vigueur en matière de motorisation et de normes d’émissions." Pour mémoire, les bus articulés Euro 4 pourront encore rouler dans Bruxelles jusqu’en 2021, ultimatum imposé dans le cadre de la zone basse émission. La Stib a par ailleurs commandé de nouveaux véhicules plus propres. En 2015, 179 bus Euro 6 ont été injectés sur le réseau. L’an passé, la Stib a également commandé 235 bus hybrides (standards et articulés) dont la livraison débutera au mois de novembre-décembre de cette année. Une dizaine de bus électriques seront également testés sur le réseau cette année.

Le comité de quartier Hippodrome Action estime qu’ils causent de trop lourdes nuisances depuis leur passage toutes les trois minutes en heure de pointe

Depuis que la ligne 71 est passée à un passage toutes les trois minutes en heures de pointe, plusieurs habitants vivant le long du trajet dénoncent une diminution flagrante de leur qualité de vie. Les membres du comité de quartier Hippodrome Action déplorent un air devenu irrespirable à certains endroits particuliers : "Trois, quatre parfois cinq bus - Mercedes Citero - se collent", dénonce le comité de quartier.

"Le tout sous le nez des élèves sortant de l’école, des étudiants de l’ULB, des jeunes mamans et leurs bébés en poussette, etc. Tout le monde renifle les gaz d’échappement de ces bus !"

Les points noirs ? Avenue de l’Hippodrome au croisement avec l’avenue Buyl. "À cause du feu qui reste rouge deux minutes au carrefour avec le boulevard Général Jacques, on voit les 71 se traîner et se suivre à quelques voitures d’intervalle. Autre cas : le cimetière d’Ixelles et l’ULB jusqu’au pont Fraiteur où la ligne 71 enfume les familles, les étudiants, les clients des commerces, etc. Un dernier pour la route ? La chaussée d’Ixelles entre les places Fernand Coq et Flagey, hors période de travaux. Dans un échange de mails du début 2017 entre la Stib, quelques élus ixellois et le comité de quartier, la Stib affirmait que ‘ les bus qui sont utilisés sur la ligne 71 ne sont ni bruyants ni hyperpolluants. Ils répondent tous à la norme Euro 6, la plus contraignante pour les véhicules diesel’ ".

" Faux !", s’insurge le comité. À raison : contactée, la Stib affirme que les bus de cette ligne répondent à la norme 5, puis précise "que certains bus articulés à la norme 4 (plus polluants donc) pouvaient parfois venir en renfort."

Du côté d’Hippodrome Action, on suggère l’utilisation à grande échelle du gaz naturel (GTL). Une option partagé par le député Defi Marc Loewestein, qui va prochainement interpeller le ministre de la Mobilité Pascal Smet (SP.A). Le renouvellement progressif de la flotte de bus de la Stib ne concernera pourtant pas la ligne 71 en priorité. Les premiers bus hybrides remplaceront d’abord les bus à la norme Euro 2, bien plus nocifs pour la santé…