Bruxelles L’institut Saint-Louis à Saint-Josse lance un projet pilote visant à aménager un coin de détente et de rencontre dans sa cour.

Deux enfants d’école primaire sur trois estiment que leur cour de récréation est trop souvent encombrée. C’est ce qui ressort d’une enquête menée en avril 2018 auprès de 400 élèves d’écoles primaires entre 8 et 13 ans pour le compte de Collishop, filiale de Colruyt Group.

L’activité la plus fréquemment pratiquée dans la cour de récréation des écoles primaires consiste à bavarder, avant les jeux de balles (46 %) ou d’autres jeux traditionnels comme les billes (25 %), et 31 % des écoliers déclarent s’asseoir à terre pour se reposer ou discuter.

Mais dans une région densément bâtie comme Bruxelles, il n’est pas toujours aisé de trouver des endroits à aménager dans les cours de récréation, et nombreux sont les écoliers qui trouvent qu’elles sont trop encombrées.

C’est dans ce contexte que l’institut Saint-Louis de Saint-Josse a aménagé, dans sa cour de récréation, un coin agréable de détente où les enfants ont tout le loisir de faire des jeux ou de se familiariser aux joies du jardinage. "La cour de récréation ne sert pas seulement à courir ou à jouer au football. C’est pourquoi nous œuvrons à développer d’autres fonctions, comme la possibilité de se reposer et de bavarder. Après les leçons, les enfants en éprouvent aussi le besoin. Nous remarquons que dans plusieurs environnements scolaires ces activités favorisent la cohésion sociale et la maîtrise de la langue", affirme Cynthia Delstanche, directrice de l’institut Saint-Louis.

Des activités diversifiées dans la cour de récré
© DEMOULIN BERNARD

Des activités diversifiées dans la cour de récré
© DEMOULIN BERNARD

Suite au constat de l’absence d’endroit de détente dans l’école, l’objectif de ce projet pilote est d’inciter les autres établissements à emboîter le pas en aménageant des endroits de repos dans les cours de récré. "L’institut Saint-Louis à Saint-Josse est l’école pilote pour ce projet. Nous examinons maintenant la possibilité de soutenir d’autres établissements dans l’embellissement de leur cour de récré et l’aménagement d’un lieu de détente et de repos adapté à leurs besoins", explique Jellert Dekeyser, porte-parole de Collishop.