Bruxelles

Contrairement au mois de novembre dernier, aucun incident n'a été à déplorer dans le centre-ville de la capitale.

Vingt ans après leur dernière participation à une phase finale de la Coupe du Monde, les Marocains espéraient énormément de leur confrontation contre l'Iran à l'occasion de ce premier match du groupe B, dont le coup d'envoi a été donné à 17h ce vendredi.

Et suite aux débordements survenus en novembre dernier dans le centre-ville, la police était cette fois présente en nombre aux alentours de la Bourse pour éviter tout incident.

Mais après leur défaite 1-0 dans les derniers instants de la rencontre, c'est la déception qui a pris le dessus, et les Marocains sont rentrés chez eux dépités.

"On s'attendait au moins à remporter cette rencontre, vu le niveau très élevé de notre poule (ils affronteront respectivement le Portugal et l'Espagne lors des deux dernières journées, NdlR), mais on perd à la toute fin. C'est très décevant, cela faisait 20 ans qu'on attendait ce moment !", s'insurge Hicham, qui a toujours grandi à Bruxelles.

Un son de cloche qui diffère de celui des supporters iraniens croisés devant la Bourse à l'issue de la rencontre. "Au regard du match, on peut s'estimer très heureux avec cette victoire in extremis ! Tout reste désormais possible et on peut se mettre à rêver d'une qualification pour les huitièmes de finale", s'enthousiasme un fervent supporter.

Les Marocains doivent désormais viser deux exploits consécutifs lors des deux prochains matchs contre deux ténors s'ils souhaitent poursuivre l'aventure...