Bruxelles Samedi, six candidats ont passé des tests de conduite pour être à pied d’œuvre pour le Nouvel An.

Chez les Responsible Young Drivers (RYD), la nuit du Nouvel An se prépare dès maintenant. Raison pour laquelle ils organisaient déjà samedi une campagne de recrutement de chauffeurs dans une auto-école boitsfortoise, lançant ainsi les préparatifs de la 24e édition du rapatriement du Nouvel An des RYD.

Il s’agissait de trouver suffisamment de conducteurs qui, le jour J, pourront ramener gratuitement jusque chez eux et avec leur véhicule, les personnes qui ne se sentent plus en état de conduire.

Samedi matin, 6 candidats se sont présentés. C’est que chez les RYD, ne devient pas volontaire qui veut. Il faut bien entendu avoir le permis mais aussi se soumettre à un test de conduite d’une vingtaine de minutes, sous la houlette d’un instructeur professionnel. "On est là pour faire quelques rappels et pointer du doigt les spécificités de la conduite de nuit. Il est rare que l’on doive recaler quelqu’un car en général, les candidats sont plutôt de bons conducteurs et sont motivés", explique l’instructeur Lucky.

De la motivation, il en faut pour ces jeunes qui passent leur nuit de la Saint Sylvestre à aider les autres plutôt qu’à faire la fête. Mais pour les candidats, le sacrifice n’est pas énorme. "D’abord, on se connaît tous et il y a une bonne ambiance. On est devenu copains", explique Nicolas, 21 ans qui en est à son deuxième Nouvel An avec les RYD. "Par ailleurs, chaque personne que je ramène me donne l’impression que j’ai sauvé une vie et c’est très valorisant", ajoute-t-il.

Car Nicolas ne s’est pas engagé chez les RYD par hasard mais à la suite d’une tragédie. "Un membre de ma famille est décédé dans un accident. Il est mort à cause d’une personne sous influence d’alcool. J’ai vécu ça comme une grande injustice. À 30 ans, sa vie s’est arrêtée. J’ai donc décidé de sensibiliser. Boire et prendre le volant peut mettre en danger la vie de plusieurs personnes", explique Nicolas.

Pour Céline, 23 ans, ce n’est pas non plus un grand sacrifice. "La fête de Nouvel an ne me manque pas. Noël est plus important. Je préfère donner mon temps et éviter des accidents."

Pour soutenir cette initiative, la Région a octroyé une petite aide de 3.000 €. "Il est évident qu’il faut soutenir ce genre de programme car cela permet à des milliers de personnes de faire la fête tout en pouvant rentrer à domicile en toute sécurité. Les RYD participent ainsi pleinement à la sécurité routière lors de cette nuit très spéciale", conclut la secrétaire d’État en charge de la Sécurité routière, Bianca Debaets (CD&V).