Bruxelles Mahir Demiral a repris en charge la gestion sportive du club de P1 de la Renaissance Schaerbeek, et non la présidence.

Déjà présent la saison dernière à la Renaissance, Mahir Demiral est revenu à Schaerbeek il y a quelques jours. Et contrairement à ce que la présidente laissait entendre, il ne prend pas en charge la présidence du club, mais plutôt la gestion sportive de l’entité schaerbeekoise.

"Je connais Madame Liman depuis quelque temps, j’ai travaillé pour elle au cours des deux dernières années. Avec ses activités professionnelles, elle ne savait plus gérer le club à 100 % pour le moment, c’est donc avec plaisir que je suis venu l’aider. Mais je ne suis pas le nouveau président, je suis responsable de la gestion sportive. Rester dans un bureau à gérer l’administratif, ce n’est pas pour moi. Cela fait plus de quarante ans que je suis dans le football et même si je n’ai pas toujours dirigé une équipe, je suis toujours resté actif. J’ai besoin d’être en contact avec le terrain. Ce rôle de président, je l’occuperai peut-être quand j’aurai 60 ou 70 ans."

La première tâche de Mahir Demiral sera de ramener calme, sérénité et stabilité à la Renaissance. Pour y parvenir, il sera entouré d’une équipe. "Je ne suis pas seul, il y a plusieurs personnes dans le comité. Certes, je prends en charge tout ce qui concerne le sportif mais les décisions seront toujours prises en concertation avec un comité composé de personnes compétentes."

Avec son équipe, Mahir Demiral veut remettre le club schaerbeekois sur les bons rails. "Nous avons un projet à long terme. Nous ne sommes pas là pour dire que l’ambition sera de monter dès la saison prochaine. Le premier objectif sera de stabiliser l’équipe, construire des bases solides pour le futur, en s’appuyant sur le potentiel présent au sein du club et de la commune de Schaerbeek."

Car Schaerbeek tient une place particulière dans le cœur de Mahir Demiral. "Je suis à Schaerbeek depuis 1995 et jusqu’à maintenant, cette commune a toujours compté à mes yeux. Je connais son potentiel, je connais plein de monde, c’est pour ça que j’ai accepté d’aider la Renaissance."

Sans oublier de miser sur les jeunes et la formation. "On s’est entouré de personnes qualifiées et on va continuer à recruter des entraîneurs diplômés pour encadrer nos jeunes. On veut créer un club avec un esprit familial, où tout le monde affiche sa motivation et son ambition."