Bruxelles Meubles, pots de peinture ou encore de l'urine, les forces de l'ordre ont été la cible de nombreux projectiles.

Les habitants de la rue Godecharle, située en plein cœur du quartier européen, ont eu droit à une scène impressionnante ce vendredi après-midi. Une trentaine de personnes occupant illégalement les immeubles, voués à la démolition, des numéros 21-23 depuis une quinzaine de jours ont été expulsées. "Ces personnes ont forcé les serrures et les portes pour rentrer à l'intérieur puis ils ont fait changer les serrures. Quand la police est arrivée aujourd'hui, ils étaient décidés à rester dans l'immeuble. Nous avons essayé de discuter avec eux mais ils n'ont pas voulu coopérer. Pourtant, nous avons l'habitude de proposer des conventions à titre précaire dans nos immeubles. Cela ne pose pas de problème du moment que cela n'empêche pas le déroulement des travaux, mais ici ce n'était pas possible. Les immeubles sont complètement ravagés", déplore le représentant du propriétaire de l'immeuble.

Vers 13h, les forces de l'ordre sont donc venus prêter assistance au huissier de justice. "Les propriétaires ne sont pas parvenus à faire quitter les personnes qui squattaient les lieux. Une ordonnance délivrée par le tribunal de première instance de Bruxelles autorise l'expulsion. Nous avons l'autorisation légale d'aider les huissiers de justice quand cela est nécessaire", commente la porte-parole de la zone de police Bruxelles-Capitale Ixelles, Ilse Van de Keere.

Lors de l'intervention, les policiers ont été la cible de nombreux projectiles. "Ils ont été attaqués en arrivant. On leur a lancé toutes sortes de projectiles: des meubles, de la peinture et même de l'urine. Actuellement, aucun blessé n'a été signalé. Au total, 28 personnes ont été arrêtées, notamment pour rebellion en bande et dégradation", ajoute la porte-parole.